RDC : Près d′un millier de victimes du virus Ebola | Afrique | DW | 02.05.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

RDC : Près d'un millier de victimes du virus Ebola

Malgré ce chiffre alarmant, l’Organisation mondiale de la santé estime que l'épidémie d'Ebola en RDC ne présente pas un danger de propagation internationale.

Selon un dernier décompte des autorités sanitaires congolaises, "26 nouveaux décès de cas confirmés" d'Ebola  ont été enregistrés dans le Nord-Kivu, portant ainsi le nombre de morts à 957 depuis le début de l'épidémie.

Des chiffres alarmants qui illustrent le regain de contamination de la maladie, malgré la riposte mise en place pour l'endiguer. Une des raisons principales de cette progression est  le déplacement des malades dans d'autres zones.

"Avec les attaques de centres de traitement, de centres de transit, certains malades ont préféré se faire soigner à Manguina", explique le docteur Gaston Komanda."Et comme il y a beaucoup de mouvement cela ait qu'en allant dans les familles d'accueil, il y a une recontamination des personnes. Cela a entrainé un redémarrage de l'épidémie."

DR Kongo Behandlungszentrum von Ebola in Butembo | Patientin (DW/J. Kanyunyu)

Un centre de traitement à Butembo.

La sensibilisation malgré le déni

Une partie des habitants de la région demeure également dans un déni de la maladie qui prend parfois des formes violentes. Des sensibilisations sont menées pour  informer sur les mesures á prendre pour éviter d'être contaminé.

"Que ce soit dans les églises, dans les maisons, dans les familles, on a instauré le lavage des mains", rappelle le docteur Kamonda."A part ça, il y a les prestataires de première ligne qui sont vaccinés. La vaccination a déjà prouvé son efficacité. Et il y a le respect de toutes les mesures préventives contre l'infection dans toutes les structures sanitaires. On veille vraiment à tous les niveaux."

Les activités de riposte sont régulièrement entravées par l'insécurité et les violences dans cette partie du pays souvent attaquée par des groupes armés. Selon les autorités sanitaires, l'épicentre de la maladie s'est déplacé de Mangina, en zone rurale, à la ville de Beni, puis actuellement à Butembo-Katwa, à 50 kilomètres au sud de Beni.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !