RDC : plus de 1.300 prisonniers s′évadent de la prison de Beni | Afrique | DW | 20.10.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

RDC : plus de 1.300 prisonniers s'évadent de la prison de Beni

Parmi ces évadés se trouvent des combattants de la milice AFD qui étaient nombreux dans la prison attaquée ce mardi.

L'Etat islamique aurait des liens des avec le rebelles ADF

L'Etat islamique aurait des liens des avec le rebelles ADF

La prison de Beni, dans le Nord-Kivu à l’est de la RDC, a été attaquée ce mardi matin et quasiment la totalité de ses 1.400 prisonniers ont pu s’évader.

Dans cet établissement pénitentiaire étaient détenus des centaines de combattants de la milice ADF, auteurs de massacres de civils dans la région de Beni.

A lire également → La violence meurtrière en hausse dans l'est de la RDC

Cette énième évasion à la prison de Beni Kangbwayi intervient au moment où les rebelles ougandais de l'ADF sont mis en difficulté par l’offensive conduite par l’armée congolaise dans la région de Beni. Cette évasion massive pourrait donc les aider à renforcer leurs troupes, selon des sources militaires. 

Écouter l'audio 02:02

Evasion à Beni : écoutez le sujet de notre correspondant

Choqué

Interrogé par la DW à la prison centrale, le maire de Beni, Modeste Bakwanamaha, choqué, appelle ses administrés à coopérer avec les autorités pour retrouver les détenus qui se cacheraient encore aux environs de la ville :

"Nous déplorons le fait que beaucoup de personnes détenues et poursuivies pour des faits graves viennent d'être amenées par l'assaillant qui est l'ADF, jusqu'à une destination inconnue dans la brousse. Nous voulons profiter de votre micro pour demander à la population encore une fois de nous aider à retrouver les personnes évadées qui pourraient être restées dans la ville."

Retrouver les évadés

Alors que la ville de Beni et ses alentours avaient récemment bénéficié d’un répit dans les attaques des ADF qui ont fait près de 600 morts depuis un an, les riverains qui se sont rendus à la prison de Beni après l’évasion s'inquiètent des attaques rebelles dans les prochains jours.  

"Quand y aura des massacres dans la ville, on se rendra vite compte que c'est l'œuvre des évadés", dit cet homme. Un autre habitant dit regretter "le laxisme des militaires qui étaient commis à la garde de la prison". Pour lui, "ils auraient quand même pu faire mieux pour sécuriser cette prison."

Pour éviter le pire, la société civile de Beni, par le biais de son président Kizito Bin Hangi, lance un appel à l'armée congolaise :

"Nous demandons aux militaires de tout faire pour retrouver les évadés et que ces derniers soient conduits dans des prisons mieux sécurisées."

Sur 1.456 détenus, seuls 110 ne sont pas parvenus à s’évader et dans la soirée de mardi, une vingtaine était de retour à la prison de Beni, après avoir pu s’échapper des mains des ADF.