RDC : l′armée ougandaise autorisée à venir combattre les ADF | Afrique | DW | 29.11.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

RDC : l'armée ougandaise autorisée à venir combattre les ADF

L’information circule depuis quelques jours : le président Félix Tshisekedi aurait autorisé l'armée ougandaise à traverser la frontière pour combattre les rebelles ADF, responsables de massacres dans l'est du pays.

Les provinces de l'Ituri et du Nord-Kivu sont placées depuis mai sous état de siège

Les provinces de l'Ituri et du Nord-Kivu sont placées depuis mai sous état de siège

C'est une information qui fait beaucoup de bruit en RDC. "Le président Tshisekedi a déjà levé l'option d'autoriser aux troupes ougandaises l'entrée sur le territoire congolais pour traquer les terroristes ADF, ensemble avec l'armée et les Casques bleus", a déclaré à l'Agence France Presse (AFP) un conseiller de la présidence congolaise qui a requis l'anonymat.

Du côté de la présidence congolaise, on temporise. Tina Salama, porte-parole adjointe du chef de l’Etat, tient à préciser que la nouvelle n’est toujours pas officielle, mais que cela ne saurait tarder.

"En effet, nous avons tous suivi cette information qui parle du déploiement des troupes ougandaises en RDC par les médias. C’est plutôt RFI (Radio France Internationale, ndlr) et France 24 qui parlent de cela et qui citent des sources onusiennes. Donc rien d’officiel jusque-là. Et moi ce que je vous demande, c’est de patienter jusqu’à avoir une déclaration officielle du gouvernement congolais", demandait ce lundi (29.11) la porte parole adjointe.

Avant de poursuivre : "Et si mes informations sont bonnes, cela ne saurait tarder et cela devrait se faire ce soir (lundi, ndlr) avec le porte-parole du gouvernement congolais. Ce sera un point de presse conjoint avec le porte-parole militaire." 

Quel impact pour une telle collaboration entre les deux pays ?

Les forces ougandaises se préparent déjà à se déployer dans l'est de la RDC, dans le cadre d'une mission prochaine pour combattre les ADF, ont indiqué dimanche deux sources diplomatiques à un correspondant de l'AFP à Kampala.

Lire aussi: L'horreur à Kampala, la rébellion extrémiste ADF accusée

Cependant, de nombreux analystes, tels que Kris Berwouts, s’interrogent sur l’impact d’un tel déploiement dans la région des Grands lacs et son impact au niveau de l’Union sacrée, la grande coalition gouvernementale. "Le déploiement des troupes ougandaises pourrait augmenter les tensions transfrontalières dans la région", craint-t-il.

Écouter l'audio 02:19

"Le déploiement des troupes ougandaises pourrait augmenter les tensions transfrontalières dans la région" - Kris Berwouts

"Vous connaissez les relations complexes entre le Rwanda et l’Ouganda, la cohabitation entre ces deux pays est très tendue. Les deux pays se sont affrontés deux fois sur le territoire congolais. L’année passée, le président Tshisekedi a essayé de réunir les pays voisins dans une brigade mixte au Kivu mais il n’a pas réussi à le faire parce que le climat tendu entre les différents pays ne le permettait pas", estime l’analyste indépendant.

Il s’interroge aussi sur l’impact au niveau des alliances politiques à Kinshasa : "Tshisekedi dirige le Congo à travers l’Union sacrée de la nation. Je doute que toutes les composantes de l’Union sacrée partageront la même analyse que le président et certains pourraient même se distancier de la démarche", souligne-t-il.

Relire: Violences en RDC : Félix Tshisekedi répond à Paul Kagame

Crainte et scepticisme au sein de la population

En attendant l'information a fait réagir de nombreuses personnes. Comme Mathe, membre d’un groupe d’auto-défense Maï-Maï -des groupes en partie responsables de l’insécurité et la violence qui règne dans la région- basé au Nord Kivu.

Pour lui, il est difficile de croire que l’Ouganda pourra réussir là où l’armée régulière congolaise et la Monusco ont échoué. "Même un enfant qui vient de naître sait que ce sont les pays limitrophes de la RDC qui sont impliqués dans la déstabilisation du pays", insiste-t-il. "Ce n’est un secret pour personne, on le sait tous. Comment peut-on comprendre qu’aujourd’hui Museveni se propose de venir en aide à la RDC ? Est-il plus fort que la Monusco ? Est-ce que son armée est plus forte que celle de RDC ? Selon nous, il y a un agenda caché que les autorités ne veulent pas dévoiler aux populations", assure le combattant.

Rappel des faits et de la guerre des six jours à Kisangani

Le rôle joué par les voisins ougandais et rwandais dans la déstabilisation de l'est de la RDC depuis près de 30 ans est dénoncé par beaucoup.

C’est aussi ce que l’on pouvait lire dans un tweet publié dimanche (28.11) par le docteur Denis Mukwege, prix Nobel de la Paix 2018, qui rappelle le pillage des ressources par les pays voisins depuis plus de 25 ans et appelle ses compatriotes à se lever car, selon lui, "la nation est en danger".