RDC : l’installation d’un maire attise la polémique | Afrique | DW | 20.10.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

RDC : l’installation d’un maire attise la polémique

En RDC, pour taire la polémique liée à l’installation du maire de la commune de Minembwe (Sud-Kivu), une commission ad hoc doit être mise sur pied.

Le président Félix Tshisekedi a annoncé la mise en place d’une commission ad hoc

Le président Félix Tshisekedi a annoncé la mise en place d’une commission ad hoc

La commune de Minembwe et son maire ont officiellement été installés dans le Sud-Kivu, le 28 septembre dernier. Depuis trois semaines, ce sujet est au cœur d’une controverse politique. Le 8 octobre, le président Félix Tshisekedi a décidé de surseoir à l'installation du bourgmestre en attendant la mise en place d'une commission ad hoc. À ce jour, cette commission n’a toujours pas été mise en place. 

Minembwe est à côté de la ville de Goma (est)

Minembwe est à côté de la ville de Goma (est)

Débattue à l’Assemblée nationale lors de la plénière de ce 19 octobre, la question autour de Minembwe et l’installation de son maire continuent de cristalliser les tensions.

Lire aussi → RDC : une présidence délocalisée à Goma pour plus de sécurité ?

« Conditions non requises »

L’idée de la création d’une commission ad hoc semble faire son chemin bien que certains responsables politiques attirent l’attention sur le fait qu’au départ, Minembwe ne remplissait pas les conditions pour prétendre à ce statut.

"Généralement une commission ad hoc est mise en place pour étudier une question ou un problème dont on veut comprendre les tenants et les aboutissants. Mais dans le cas de Minembwe, on connaît l’origine du problème. Il a été dans un premier temps question dune série de décrets qui ont élevé cette agglomération au rang de commune rurale et ce contre lavis de lAssemblée nationale du Sud-Kivu qui avait statué que Minembwe ne pouvait pas constituer une commune rurale, parce quelle ne respectait pas les conditions requises", explique Patrick Mbeko, géopoliticien et spécialiste des Grands Lacs.

Associer la société civile

Des conditions, il en est aussi question pour l’Eglise du Christ au Congo (ECC) qui a récemment communiqué sur une série de recommandations pour la constitution de cette commission ad hoc. Pour l’ECC, il faut absolument inclure la société civile dans ce débat.

C’est un préalable, comme le rappelle le révérend Senga, responsable de la Commission Justice, paix et sauvegarde de la création à l'ECC:

"S’agissant de la commission ad hoc, léglise a bien recommandé d’éviter que ce soit une commission politisée. Il va falloir intéresser la société civile de manière générale, nous voulons que cette commission soit beaucoup plus dosée en termes de représentativité."

Écouter l'audio 02:27

Les explications de Wendy Bashi

Mais Patrick Mbeko redoute que cette procédure un peu technique d’une commission ad hoc serve à étouffer une affaire qui a pris une dimension politique embarrassante pour le président Félix Tshiseledi.

"Pour ce qui est du rôle de la commission, je pense que pour l’instant il est difficile de prédire lavenir. Ce qui est sûr cest quau regard de la situation, son rôle principal sera de statuer sur les actes administratif et juridiques passés parce que dans cette affaire, je pense quon essaye de noyer le poisson. Une chose est sûre : il faudra revenir sur les fondamentaux, voir ce qui a été décidé au niveau de lAssemblée provinciale du Sud-Kivu et lexécuter pour mettre fin au débat parce que cest de cela dont il est question", selon Patrick Mbeko.

Ce débat risque de rester encore longtemps au cœur de l’actualité d’ici à ce qu’une solution efficace et unanime soit mise en place.