RDC : les Maï-Maï appuyés des combattants burundais sèment la terreur | Afrique | DW | 05.07.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

RDC : les Maï-Maï appuyés des combattants burundais sèment la terreur

Plusieurs ménages ont été encore touchés par trois jours d'affrontements opposant les factions rebelles congolaises des Maï-Maï aux rebelles Banyanmulengue dans le Sud-Kivu.

Écouter l'audio 02:04

"Les groupes rebelles burundais veulent garder leurs positions dans le Sud-Kivu", Eloge Willy Kaneza de SOS Media Burundi

Au moins 20 morts, plus de 400 ménages touchés et des milliers de personnes déplacées dans la ville d'Uvira dans le territoire de la province du Sud-Kivu en République démocratique du Congo : c'est le triste bilan de trois jours d'affrontements qui ont opposé les factions armées congolaises des Maï-Maï appuyés par des combattants burundais comme le Red Tabara et le FOREBU aux autres groupes rebelles de Banyanmulengue. 


Selon le rapport mensuel du "baromètre de sécurité" du Kivu, depuis mars, au total "56 meurtres, 126 enlèvements et 52 accrochages entre belligérants" ont été signalés dans les deux Kivu, en proie à la guerre et à l'activité des groupes armés.


Plusieurs groupes armés étrangers opèrent en RDC dont les plus connus sont : les forces démocratiques alliées (ADF), les forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), l’armée de résistance du Seigneur (LRA) et lesforces nationales de libération du Burundi (FNL) qui sévissent en RDC depuis les années 90.
Éloge Willy Kaneza de SOS Media Burundi nous explique les motifs de ces affrontements.

Ecoutez ou téléchargez l’interview d'Éloge Willy Kaneza en cliquant sur l’Image. 

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !