RDC : le colonel Eddy Kapend retrouve la liberté | Afrique | DW | 08.01.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

RDC : le colonel Eddy Kapend retrouve la liberté

23 personnes condamnées à mort pour l'assassinat de l'ancien président Laurent-Désiré Kabila, dont le colonel Eddy Kapend, ont été libérées.

La cour de la prison centrale de Kinshasa

La cour de la prison centrale de Kinshasa

Le colonel Eddy Kapend, l'aide de camp de l'ancien président assassiné, est sorti de la prison dans une jeep sous escorte.

Une 23ème personne, un ancien chef de l'Agence nationale des renseignements (ANR), Georges Leta, est également sorti de prison mais n'a pas assisté à la cérémonie organisée pour leur sortie en raison d'une maladie.

Assassiné dans son bureau

Laurent-Désiré Kabila a dirigé la RDC entre 1997 et 2001

Laurent-Désiré Kabila a dirigé la RDC entre 1997 et 2001

Laurent-Désiré Kabila, l’ancien président et père de Joseph Kabila a été assassiné le 16 janvier 2001 dans son bureau par l'un de ses gardes du corps. Celui-ci a été immédiatement abattu après commis son acte.

Selon vice-ministre de la Justice Bernard Takaishe, "le président à accordé cette grâce pour des raisons purement humanitaires"(...) Cette grâce n'est pas un chèque en blanc. La grâce ne va pas effacer les crimes pour lesquels vous avez été condamnés". Une telle mesure c'est tout simplement parce qu'on veut remettre le pays sur les rails et apporter une certaine quiétude aux Congolais".

Écouter l'audio 04:48

"Félix Tshisekedi veut prouver son indépendance vis à vis de Joseph Kabila" ... Bob Kabamba

Le président Félix Tshisekedi avait accordé la grâce présidentielle aux assassins de l'ancien président Laurent-Désiré Kabila, père de son prédécesseur Joseph Kabila, fin décembre 2020.

Cette mesure intervient après que le chef de l'État a mis fin le 6 décembre à la coalition qu'il formait avec Joseph Kabila, toujours majoritaire au Parlement.

Pour Bob Kabamba, professeur de sciences politiques à l'université de Liège, cette libération pourrait être l’occasion de rouvrir le procès de cet assassinat qui reste selon lui un dossier sombre de la présidence Kabila.

Cliquez sur la photo ci-dessus pour écouter l’intégralité de son interview.