RDC : Fayulu pour des élections anticipées dès 2022 | Afrique | DW | 13.10.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

RDC : Fayulu pour des élections anticipées dès 2022

Selon l'opposant congolais, ces élections anticipées permettront au pays de se doter d’institutions légitimes et de responsables également légitimes.

Martin Fayulu,  l'un des principaux opposants congolais, a estimé que ces élections soient organisées en 2022 au lieu de 2023 "parce qu'on ne peut plus continuer à assister à la bagarre FCC-CACH au dépens du peuple congolais."

Il a également lancé un appel à manifester mercredi (14.03) pour "l'unité nationale et l'intégrité territoriale" de la République démocratique du Congo, en pleine crise de défiance envers le Rwanda.

La marche prévue mercredi à Kinshasa a pour objectif de "dire NON à ceux qui convoitent les terres et les richesses de la #RDC", a rappelé mardi sur Twitter M. Fayulu, ex-candidat qui revendique toujours la victoire à l'élection présidentielle de décembre 2018.

Écouter l'audio 01:47

"Il faut des réformes au niveau de la loi électorale" (Martin Fayulu, opposant congolais)

La semaine dernière, M. Fayulu avait été encore plus loin lors d'une conférence de presse: "Si aujourd'hui nous baissons les bras (...) demain nous n'aurons plus de pays. Nous serions le premier peuple d'Afrique colonisé à être asservi, occupé et colonisé par un autre peuple d'Afrique", avait-il déclaré en visant le Rwanda de Paul Kagame.

M. Fayulu s'exprimait sur l'affaire d'une commune du Sud Kivu, Minembwe, dont le maire et une grande partie des habitants sont issus de la communauté des Banyamulenge, des Congolais tutsis aux lointaines origines rwandaises.

M. Fayulu et des acteurs de la société civile (l'évêque d'Uvira, les intellectuels catholiques du CLC) ont dénoncé la décision d'accorder à Minembwe le statut et les pouvoirs d'une commune à part entière, au profit de son maire Munyamulenge.