RDC : Félix Tshisekedi promet la fin des violences dans l′est | Afrique | DW | 02.07.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

RDC : Félix Tshisekedi promet la fin des violences dans l'est

Le président Félix Tshisekedi a tenu ce mardi matin une conférence de presse à Bunia, la capitale de la province de l’Ituri. Il a promis aux populations le retour de la paix dans cette région secouée par des violences.

Écouter l'audio 01:09

"Ça ressemble à une tentative de génocide" (Félix Tshisekedi)

Au cours de cette conférence de presse, le président Félix Tshisekedi a déploré la persistance de ces violences. Il a aussi contesté le fait qu'il s'agisse de violences ethniques et il a évoqué l'hypothèse d'un complot visant à le déstabiliser sans donner plus d'information. Le président congolais a même employé le terme de génocide. C’est pourquoi il promet l’engagement des forces armées congolaises pour rétablir la sécurité dans cette province.

Demokratische Republik Kongo | Félix Tshisekedi | Provinzparlament Upper Katanga (Presidence RDC/G. Kusema)

Le président Félix Tshisekedi veut mettre fin aux violences dans l’est.

"Manifestement, ça ressemble à une tentative de génocide. Donc, on voulait pousser la province d’Ituni à s’embraser. Et donc, amener des évènements malheureux pour surement déstabiliser le pouvoir de Kinshasa. Ca ressemble vraiment à un complot. Et maintenant, le plus important, c’est de savoir qui en sont les commanditaires. Et ça, je ne lâcherais pas. J’irais jusqu’au bout pour connaitre la vérité", déclare-t-il.

Prudence

Même s’ils saluent la tournée de leur président dans les provinces de l’est, la plus part des acteurs de la société civile demeurent prudents.

"Il a fait des promesses, ce que nous devons faire c’est rester vigilant pour vérifier si les actes suivent ou pas. Nous ne voulons plus de discours. Nous voulons des actes et nous l'attendons sur cela", réagit le président de l'ASADHO, l'Association africaine des droits de l'homme, Jean-Claude Katende.

Pour sa part, Stewa Muhindo, membre de la Lucha (Lutte pour le changement) à Beni formule quelques recommandations au chef de l’Etat Congolais pour rétablir la paix dans la province de l’Ituri.

Symbolbild - Demokratische Republik Kongo Kindersoldaten (Getty Images/AFP/L. Healing)

Un enfant soldat dans la province de l’Ituri.

"Lancer les opérations militaires, apporter l'assistance aux rescapés et organiser les dialogues sociaux pour qu'on arrive à faire comprendre quelles sont les causes profondes de l'insécurité à l'Ituri."

Le président, Félix Tshisekedi, s’est également rendu lundi à Djugu, non loin de la province de l’Ituri. Selon les Nations unies, "des criminels, des meurtriers, des assassins" y ont tué "des femmes et des enfants", causant la fuite de milliers de personnes (au moins 160 morts et 300.000 déplacés, d'après des chiffres officiels impossibles à vérifier).

Afrika - Kongolesische Flüchtlinge in Uganda (picture-alliance/dpa/H. Wasswa)

Des réfugiés Congolais en Ouganda.

Entre 2017 et 2018,  les violences à Djugu ont tué au moins 200 civils, des villages entiers ont été incendiés et plus de 2.000 personnes ont traversé le lac Albert pour se réfugier en Ouganda.

Le président congolais Félix Tshisekedi, s'est également rendu lundi à la rencontre des déplacés de l'Ituri.

À l’en croire, "en ce qui concerne la sécurité, l'armée va rester en Ituri jusqu'à ce que l'on n'entende plus un seul coup de feu".

 L'Ituri a été le théâtre d'un conflit entre deux communautés de la province, les Héma - des éleveurs et des commerçants - et les Lendu - des agriculteurs - entre 1999 et 2003. Des dizaines de milliers de personnes ont péri.

Audios et vidéos sur le sujet