Raciste en costume cravate | Vu d′Allemagne | DW | 30.08.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Raciste en costume cravate

Les journaux allemands s'intéressent à l'affaire Sarrazin. Mais c'est aussi le rassemblement ce week-end de dizaines de milliers de partisans de l'ultra-droite américaine à Wahshington qui fait la Une des quotidiens.

default

L'Allemagne est-elle en train de devenir de plus en plus stupide? s'interroge la Tageszeitung. La réponse est oui si l'on pense à Thilo Sarrazin. On pourrait presque lui être reconnaissant d'avoir écrit un livre qui éclaire à ce point son cas: près de 450 pages et autant d'arguments pour exiger son expulsion du parti social démocrate et sa révocation de la Bundesbank, la banque fédérale allemande. Non, ses précédentes sorties n'étaient pas de simples gaffes. Sarrazin est sans aucun doute un raciste. Il est aussi un choc salutaire pour l'Allemagne, estime le quotidien. Il est grand temps de se rendre compte qu'il n'est pas nécessaire de porter des bottes noires et un blouson bombers - autrement dit d'être néo-nazi - pour avoir des convictions racistes. Un costume de banquier fait admirablement l'affaire.

Anti Obama demo tea party

Le rassemblement des "Tea Party", ces groupes ultra-conservateurs, avait pour cadre le Lincoln Memorial à Washington

De racisme, il en était aussi question ce week-end aux Etats-Unis. A quelques mois des élections législatives, des dizaines de milliers d'ultra-conservateurs, blancs pour la très grandes majorité d'entre eux, se sont rassemblés à Washington pour une manifestation visant à "rétablir l'honneur" du pays. La droite américaine sonne la charge, écrit la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Ce n'est pas la première fois que la puissance de feu anti-Obama démontre son efficacité. L'Amérique est aujourd'hui aussi divisée que sous l'ère Bush. La gauche haïssait Bush. La droite hait Obama! Si le président américain doit s'inquiéter ce n'est pas tant des organisateurs de la manifestation que de cet électorat volatil, à qui il doit en grande partie son poste mais qui est aujourd'hui en désaccord avec sa politique. La question est de savoir combien ils sont... Et ce qu'ils proposent concrètement, ajoute die Welt. Car en soit, cela ne ferait pas de mal au gouvernement américain de chercher des compromis avec l'opposition, quelle soit républicaine ou ultra conservatrice.

Myanmar Burma Aung San Suu Kyi

La célèbre opposante Aung San Suu Kyi est exclue du prochain scrutin

Pour finir, un mot de la Süddeutsche Zeitung sur les élections à venir en Birmanie - elle sont prévues pour le 7 novembre. Elles seront tout sauf libres et équitables, selon le journal et le pays continuera à être dirigé en grande partie par la junte militaire après le scrutin. Cependant, il se pourrait que la vieille garde de cette junte se retire progressivement des plus hautes sphères du pouvoir. Or, en Birmanie, il vaut mieux un peu de changement que pas de changement du tout. Le cadre institutionnel proposé par les militaires n'est sûrement pas synonyme d'ouverture démocratique. Mais c'est un pas vers plus de participation.

Auteur: Konstanze von Kotze
Edition: Marie-Ange Pioerron

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !