Réfugiés: devenir amis avec les locaux est difficile | International | DW | 06.10.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Réfugiés: devenir amis avec les locaux est difficile

Maintenir les migrants dans les camps ou des centres d'accueil les empeche de tisser des liens sociaux, selon des chercheurs allemands.

Des réfugiés du camp de Moria arrivant en Allemagne

Des réfugiés du camp de Moria arrivant en Allemagne

Pour Mahmoud*, qui a dû abandonner sa famille et ses amis en Syrie, les premiers mois en Allemagne ont rimé avec dépression, solitude et manque d’orientation. 

En arrivant, il ne connaissait qu’une autre personne dans son centre d’accueil. 

Les choses finiront par évoluer lorsque Mahmoud, la vingtaine, commence à faire du sport et s’est investi dans un club. Après deux années passées en Allemagne, le Syrien a trouvé un emploi, une petite-amie et un groupe d’amis.

Lire aussi → Vers une limitation du nombre de demandeurs d'asile en Allemagne

Si les défis qui se dressent devant un demandeur d’asile sont nombreux, se faire des amis en fait partie.

Selon des chercheurs en sociologie à l’Institut allemand de recherche sur l’emploi et le marché du travail (IAB), l’ensemble des 42 migrants interrogés pour l’étude "Networks for Integration" - dont Mahmoud - ont affirmé un besoin très fort de se faire des amis en Allemagne. Et presque tous ont assuré que cela se révélait être extrêmement difficile.

Pour Stefan Bernhard, qui dirige cette étude, cela montre que les personnes arrivant en Allemagne ne choisissent pas de rester à l’écart au sein de leur propre communauté. Au contraire, quand les migrants en ont la possibilité, ils souhaitent aller à la rencontre de la société .

"Cela va à l’encontre de cette idée selon laquelle une subculture ethnique se développerait, avec des gens qui ne veulent pas créer de nouveaux liens", explique le chercheur.

Lire aussi → L'UE dévoile son Pacte sur la migration et l’asile

La barrière de la langue

Pour Mahmoud, la barrière de la langue et le faible niveau d’allemand constituent la principale raison de sa difficulté à se faire des amis, affirme Stefan Bernhard.

Apprendre l’allemand devient encore plus compliqué pour les migrants plus âgés se retrouvant exclus parce qu’on ne leur permet pas de suivre des cours ou de trouver un travail.

Par ailleurs, beaucoup de personnes dont la demande d’asile est acceptée n’ont pas le niveau d’allemand nécessaire pour suivre un apprentissage ou aller à l’université. 

"Ils sont exposés au danger d’être pris au piège dans un marché du travail peu qualifié et à faible revenu."

Les réfugiés du camp de Moria en Grèce évacués vers un site temporaire

Les réfugiés du camp de Moria en Grèce évacués vers un site temporaire

Ségrégation de l’hébergement 

Loger des demandeurs d’asile dans des centres isolés rend également le fossé à franchir de plus en plus grand pour rejoindre la société.

"La plupart des demandeurs d’asile vivent dans des hébergements avec d’autres réfugiés. C’est dur de rencontrer des locaux et d’apprendre à les connaître dans un processus de relation amicale normal, basé sur des points communs. Il est évident que plus le centre pour réfugiés est grand et éloigné des centres urbains, plus il est difficile de rencontrer des personnes de la communauté locale"

Cette ségrégation de l’hébergement est quelque chose que les réfugiés ressentent. Ils réalisent qu’ils sont exclus de la société, et ce n’est pas pour les aider. Déjà, cela ne les aide certainement pas à apprendre la langue.

En 2015, sont nés de nombreux projets visant à créer des liens entre les réfugiés et la société allemande avec le soutien de la population et des pouvoirs publics.

L'UE a dévoilé il y a quelques jours sa réforme migratoire

L'UE a dévoilé il y a quelques jours sa réforme migratoire

Ayham, Lene et Monther ont commencé à se fréquenter l’an dernier grace à l’initiative "Start with a friend" (Commence par un ami), un projet qui connecte la population locale avec des migrants qui viennent d’arriver en Allemagne et à Vienne.

Ayham, qui vit à Dresde, confie que l’amitié est ce qu’il y a de plus important dans sa vie. "Je ne peux vivre sans les deux autres, ils sont ma deuxième famille. Pour être honnête, ces deux ont illuminé ma vie".

Malgré ces programmes, beaucoup de demandeurs d’asile continueront toutefois à passer à côté des interactions de tous les jours avec des locaux, explique Stefan Bernhard. "Normalement, vous vous faites des amis à l’école, à l’université ou au travail où l’on rencontre des gens 'par accident', et cela est très rare pour les réfugiés."

Exister et coexister

Avoir des liens forts avec la communauté qui parle la même langue que vous dans un pays d’accueil n’empêche pas de créer des liens avec des locaux et de s’intégrer dans la culture mainstream.

"Nous avons observé que les deux sont possibles. Le fait que vous êtes beaucoup en contact avec d’autres arabophones ne vous empêche pas d’apprendre à connaître la communauté locale en Allemagne."

*Mahmud (nom d’emprunt) a été interrogé dans le cadre de l’étude Networks for Integration qui est actuellement dans sa seconde phase. L’IAB enquête notamment sur l’intégration sociale des réfugiés et leur intégration sur le marché du travail en Allemagne.