Qui sont ceux qui s′attaquent à la Loi fondamentale allemande ? // La montée des partis anti-Brexit au Royaume-Uni | Vu d′Allemagne | DW | 22.05.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Qui sont ceux qui s'attaquent à la Loi fondamentale allemande ? // La montée des partis anti-Brexit au Royaume-Uni

La Grundgesetz, la loi fondamentale allemande, a 70 ans cette semaine. Mais ce texte affirmant les valeurs fondamentales de la République allemande est de plus en plus sous pression. Les extrémistes de tous bords sont de plus en plus nombreux. Dans la seconde partie de ce magazine, rendez-vous au Royaume-Uni, où les partis contre le Brexit rencontrent parfois du succès.

Écouter l'audio 13:47

Voilà 70 ans que la Grundgesetz, la loi fondamentale allemande, a été promulguée. D'abord en Allemagne de l'Ouest, quand l'Allemagne était séparée en deux Etats après la guerre, puis au sein de l'Allemagne réunifiée, à partir de 1990. Ce texte déclare un certain nombre de droits fondamentaux pour tous les citoyens allemands. Mais aujourd'hui les valeurs fondamentales sont de plus en plus sous pression : les extrémistes de tous bords sont de plus en plus nombreux. 

"Jamais eu une telle époque"

Ils sont même 126 000, selon des chiffres des autorités. Ce nombre est tiré du dernier rapport de l'Office de protection de la constitution (BfV), qui date de l'été dernier, qui désigne plus exactement les personnes qui gravitent autour de groupes anticonstitutionnels. Ces personnes, plus ou moins actives, agissent parfois avec violence contre l'Etat allemand, ses institutions ou encore des groupes de personnes en particulier ... Elles refusent l'ordre établi et les valeurs fondamentales, telle que l'égalité de tous ou la liberté de croyance. Et elles sont de plus en plus nombreuses. 

"Nous n'avons jamais eu une époque où les défis dans tous les domaines de l'extrémisme, du terrorisme et même de l'espionnage ont été aussi grands", estime Thomas Haldenwang, le Président de l'Office fédéral pour la protection de la Constitution justement. Dans leur dernier rapport annuel, ses services ont enregistré une hausse de 9% des personnes soupçonnées d'atteintes à la Constitution. 

Terrorisme

Berlin Terroranschlag Breitscheidplatz 2016 (picture-alliance/dpa/B.v. Jutrczenka)

Un attentat frappait un marché de noël à Berlin en 2016

Alors qui sont ces gens représentant une menace pour l'Allemagne ? Dans le haut de la liste, il y a notamment les extrémistes islamistes : ils seraient 26 000 en Allemagne, pour une population de 82 millions d'habitants. "Nous savons qu'il existe une propagande intensive de l'Etat islamique en Europe occidentale. Aussi en allemand", explique Thomas Haldenwang. "Il y a toujours des appels pour des attaques contre des cibles occidentales. Et malheureusement, nous connaissons des islamistes et des terroristes qui cherchent à suivre ces plans et à attaquer des cibles occidentales."

Extrémisme politique

Il y aussi tous une série d'extrémistes politiques allemands, de gauche comme de droite. Des groupes bien identifiés souvent : ceux d'extrême-gauche, qui manifestent parfois violemment, comme ce fut le cas au G20 à Hambourg en Allemagne il y a deux ans. Des groupes d'extrême-droite aussi : eux manifestent aussi parfois de façon violente, ou bien se retrouvent pour des week-ends festifs dans des lieux publics ou privés. 

Ces groupes ont parfois des liens avec la politique. Le parti d'extrême-droite allemand AfD, qui compte des députés au Bundestag, est sous surveillance. Il entretiendrait des liens avec des groupuscules d'extrême-droite. 

Neonazi-Aufmarsch in Bonn (picture-alliance/dpa/D. Ebener)

Manifestation néonazie à Bonn en Allemagne

"Citoyens du Reich"

Et puis il y a aussi en Allemagne ceux qu'on appelle les Reichsbürger, les "citoyens du Reich". Un groupe -dont on a beaucoup parlé après le meurtre d'un policier notamment en 2016- qui rejette l'Etat allemand et la démocratie, il refuse de se soumettre à son autorité. Pour les Reichbürger, la République fédérale allemande n'existe pas. Ils croient à l'Allemagne de Hitler ou de Guillaume II et estiment que les frontières de leur Reich (leur empire) sont celles de 1937 ou celles de 1871 ! 

Comme ils ne croient pas en la République, les Reichsbürger se fabriquent leurs propres papiers d'identité, leurs permis de conduire et créent leur propres plaques d'immatriculation.

Reichsbürger-Pässe, Symbolfoto (picture-alliance/chromorange/C. Ohde)

Les Reichsbürger se fabriquent même des passeports

Ils refusent même parfois de payer leurs impôts, leurs cotisations sociales ou leurs amendes. "Les citoyens du Reich sont politiquement d'extrême droite, ils sont anti-démocratiques, ils ont une affinité pour l'antisémitisme", expliquait récemment sur les ondes de la radio Deutschlandfunk Nova, Christoph Schulze, chercheur sur l'extrémisme de droite au centre Moses Mendelssohn de l'Université de Potsdam. "Souvent, cela s'accompagne de racisme et il y a dans le spectre une affinité assez forte pour les armes à feu et l'armement." 

Trop de surveillance ?

Pour contrer toutes ces menaces, les autorités utilisent la surveillance. Mais celle-ci est aussi décriée. Face aux menaces diverses et variées, elle s'est en effet accrue grâce aux nouvelles technologies, des lois ont aussi été votées au fil des ans. Il y a encore eu de nouvelles lois policières l'an dernier dans plusieurs Länder allemands, qui souvent  renforcent les pouvoirs de la Police. Mais selon beaucoup, elles mettent aussi en péril les libertés individuelles inscrites dans la Constitution allemande. 

"Les fondations de la Loi fondamentale sont aujourd'hui ébranlées", estime ainsi Bijan Moini, expert en droits fondamentaux pour la Gesellschaft für Freiheitsrechte, une association de défense des droits humains basée à Berlin. "De plus en plus de personnes sont surveillées : lorsque leurs plaques d'immatriculation et leurs visages sont automatiquement scannés ou que les données des passagers des vols aériens sont automatiquement enregistrées. On met de plus en plus l'accent sur l'anticipation de ce que nous ferons ensuite. Nous entrons lentement dans un monde où les pensées deviennent soudainement punissables et ne sont plus libres."

Aujourd'hui un Allemand peut-être soudainement surveillé, s'il est entré en contact avec quelqu'un de déjà surveillé par exemple, même sans le savoir. Une tendance qui va à l'encontre des règles et des libertés individuelles inscrites dans la constitution selon les associations. "Il faut entrer dans l'ère moderne", dit au contraire l'Office de protection fédérale de la constitution, qui devrait encore intensifier sa surveillance. 

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

Montée des partis anti-Brexit au Royaume-Uni

Dans la seconde partie du magazine, Vu d'Allemagne prend le chemin du Royaume-Uni, où on vote aussi cette semaine pour les élections européennes. En effet, comme le Brexit n'a pas eu lieu, des députés européens vont être élus aussi dans le pays, et ils démissionneront dans quelques mois quand le Brexit sera acté. Une élection pour rien ou presque pourrait-on penser ... Et pourtant... 
Aussi paradoxale que cela puisse paraître, jamais autant un scrutin européen n’a jamais autant été au cœur de la vie politique britannique. Les partis anti-Brexit connaissent même une forte poussée, déjà remarquée lors d'élections locales cette fois au début du mois. Reportage sur place de Mélissa Chemam à découvrir. 

Retrouvez tous les numéros du magazine Vu d'Allemagne dans la médiathèque ou abonnez-vous au podcast !

La rédaction vous recommande

Liens