Poutine et Zelenskyj : le temps de se connaître | Vu d′Allemagne | DW | 10.12.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

Poutine et Zelenskyj : le temps de se connaître

Les quotidiens allemands reviennent sur la première rencontre à Paris entre Vladimir Poutine et Volodymyr Zelenskyj et leur désaccord sur le volet politique de la crise entre Kiev et Moscou.

"La rencontre entre les présidents russes et ukrainiens a apporté une touche singulière dans les relations froides entre Moscou et Kiev, écrivent les Badischen Neuesten Nachrichten. 

Le journal souligne que lorsqu'on connait les relations difficiles qu'entretiennent ces deux pays voisins, on peut dire qu'à Paris, Vladimir Poutine et Volodymyr Zelenskyj ont pris le temps de se connaître pour surmonter de nombreux obstacles.  

Pour preuve, notent les Badischen Neuesten Nachrichten, "Vladimir Poutine a gentiment dit aux journalistes qu'il était satisfait alors que son homologue ukrainien a qualifié les pourparlers de très fructueux. 

La TAZ donne plus de détails : selon le quotidien de Berlin, à Paris, la Russie et l’Ukraine ont pris un engagement en faveur d'un statut spécial pour les régions de Lugansk et de Donetsk qui "prévoit une loi sur l'autonomie des zones contrôlées par les séparatistes.

Celle-ci n'entrera cependant en vigueur que lorsque les élections locales auront été organisées sur la base des lois ukrainiennes. Ces élections doivent ensuite être reconnues par des observateurs indépendants de l'OSCE.  

Le quotidien note cependant un désaccord sur la date de reprise par l'Ukraine du contrôle de la frontière entre les territoires occupés du Donbass et la Fédération de Russie. 

Outre la mise en œuvre du cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine, les participants au sommet de Paris ont également convenu d'un nouveau retrait des troupes.  

Le quotidien Volksstimme de Magdebourg estime pour sa part que la Russie ne permettra jamais à la pointe orientale du pays de retourner en Ukraine. Même si les Russes n'ont aucun intérêt à mener une guerre permanente, d'autant plus qu'elle leur impose des sanctions occidentales. 

La Russie au ban du sport mondial

Le quotidien Die Welt commente, lui, la décision de l'Agence mondiale antidopage (AMA) qui a exclu pour quatre ans la Russie des Jeux olympiques et de la Coupe du monde 2022 au Qatar pour fraude et falsification des données remises à l'AMA.

C'est une punition historiquement sévère, écrit Die Welt. "Mais les sanctions sont plus que justifiées, toute décision plus légère aurait été un scandale", écrit le journal. Mais est-ce suffisant ?, s'interroge le quotidien allemand. 

Car sous certaines conditions et sous un drapeau neutre, les athlètes russes sont autorisés à participer aux Jeux olympiques ou aux championnats du monde s'ils peuvent prouver qu'ils sont propres.

La Süddeutsche Zeitung rappelle que "lors de la dernière suspension, en 2018, par le Comité international olympique, 168 athlètes russes ont néanmoins participé aux Jeux d'hiver de Pyongyang. Ce sera également le cas à Tokyo en 2020. 

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !