Pourquoi l′Afrique est moins touchée par le coronavirus | Afrique | DW | 27.02.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Coronavirus Covid-19

Pourquoi l'Afrique est moins touchée par le coronavirus

Les chercheurs sont divisés sur ce qui explique que seuls deux cas de Covid-19 aient été confirmés pour l'heure sur le continent africain. Voici quelques pistes de réflexion.

De plus en plus d'Etats africains sont en mesure de détecter le Covid-19, mais traiter les patients serait plus compliqué (picture-alliance/AP Photo/E. Mwiche)

De plus en plus d'Etats africains sont en mesure de détecter le Covid-19, mais traiter les patients serait plus compliqué

Etrangement, le continent africain semble relativement épargné par le coronavirus Covid-19.

Deux personnes seulement ont été officiellement contaminées : une en Egypte, l’autre en Algérie. Aucun décès n’a été signalé, alors que le Covid-19 a fait plus de 2700 morts dans une quarantaine de pays.

Äthiopien Flughafen Addis Abeba | Sicherheitsmaßnahmen gegen Coronavirus (Getty Images/L. Dray)

A l'aéroport international d'Addis Abebea, les passagers sont contrôlés au Covid-19

Les principales compagnies aériennes africaines n'ont pas suspendu leurs vols vers ou en provenance de Chine.

Est-ce dû à des systèmes de détection et de diagnostic défaillants ?

Est-ce le climat qui explique cette exception africaine ?

Les épidémiologistes sont divisés car les connaissances sur ce virus sont encore limitées. 

Carte des pays d'Afrique les plus à risque pour le coronavirus, selon l'OMS (au 14.02.20)

Carte des pays d'Afrique les plus à risque pour le coronavirus, selon l'OMS (au 14.02.20)

Ne pas sous-estimer le "potentiel de dissémination"

Le secrétaire général de l’OMS a fait part de sa préoccupation à l’Union africaine, sur le "potentiel de dissémination du Covid-19 dans les pays dont les systèmes de santé sont plus précaires"


Désormais, 29 Etats du continent sont équipés en laboratoires capables de reconnaître le Covid-19, contre deux seulement au début de l’épidémie. C’est plutôt la capacité à traiter des malades éventuels qui fait douter : de nombreux pays africains ne seraient pas en mesure de dispenser les soins intensifs nécessaires aux cas les plus sévères.

Le Covid-19 est sensible à la chaleur

C’est le cas des virus qui s’attaquent aux voies respiratoires : ils se portent mieux lorsque la température est basse, un peu comme les aliments qui se conservent mieux quand ils sont au réfrigérateur.

L’explication, c’est que le virus est entouré d’une couche de lipides, donc de graisses. Et quand la température monte, cette couche protectrice se détruit et le virus meurt.

L'Institut Pasteur de Dakar se penche sur le coronavirus (Getty Images/AFP/Seyllou)

L'Institut Pasteur de Dakar se penche sur le coronavirus

Plus l’air est sec et plus les particules expulsées lors d’un éternuement, par exemple, restent comme "accrochées" dans l’air et donc plus on a de probabilité de les respirer et d’être contaminé(e). A contrario, plus l’air est humide et moins ces particules "voyagent" facilement.

Les femmes, génétiquement mieux protégées contre ce virus respiratoire

De la fièvre, des douleurs, des frissons, comme pour la plupart des virus. L’âge et l’état de santé du patient jouent sur ses "chances" d’être infecté… et les femmes sont statistiquement mieux protégées, parce que les chromosomes X sont porteurs de gènes qui détectent mieux les virus.

Enfin, l’œstrogène, hormone féminine, aide à mieux combattre les maladies virales.

Audios et vidéos sur le sujet