Polémique autour de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 | International | DW | 24.03.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Polémique autour de la chloroquine dans le traitement du Covid-19

Dans le traitement du Covid-19, un médicament fait polémique : la chloroquine. La pression monte pour demander son utilisation de manière curative tandis que d’autres voix incitent à la prudence.

Krankheit Malaria (picture alliance/dpa)

Faut-il administrer la chloroquine aux malades du Covid-19 ? La question divise depuis plusieurs jours le monde scientifique et même politique.

A l’origine de cette controverse, le professeur Didier Raoult qui dirige l'Institut Méditerranée Infection à Marseille. Le médecin affirme  avoir obtenu de bons résultats en administrant la chloroquine à plus d’une vingtaine de malades du Covid-19. "Le virus dit-il, a disparu au bout de six jours". 

Depuis ses déclarations, des dizaines de personnes font chaque jour, la queue devant  son institut, à Marseille, convaincus de l'efficacité de son traitement.

Plusieurs hôpitaux français ont annoncé qu’ils utiliseraient désormais la chloroquine contre le Covid-19.

Le maire de Nice, Christian Estrosi, testé positif au coronavirus, dit avoir eu recours au traitement à la chloroquine. Guéri, il  souhaiterait que les hôpitaux prescrivent ce traitement.

De son côté, le président américain, Donald Trump, a annoncé un recours imminent à la chloroquine comme possible traitement pour les malades du Covid-19 après, dit-il, des résultats encourageants en Chine et en France. Pour lui, cela pourrait " changer la donne". Le président américain qualifie même la chloroquine de "don du ciel si cela marchait ". 

Donald Trump se dit favorable à l'utilisation de la chloroquine contre le Covid-19

Donald Trump se dit favorable à l'utilisation de la chloroquine contre le Covid-19

Attention à l'automédication

Après les déclarations de Donald Trump, de nombreuses personnes se sont ruées dans les pharmacies. De l’automédication qui pourrait s’avérer  fatale selon le docteur Innocent Kpéto, président du Conseil de l'Ordre national des pharmaciens du Togo.
" Il faut que les gens comprennent que même si la chloroquine s’annonce comme un espoir, il ne faut pas faire n’importe quoi. En Afrique, la chloroquine n’est plus disponible dans les circuits officiels. Beaucoup d’Africains vont se tourner vers les marchés de rue qui prolifèrent. Chacun ne devrait pas la prendre chez lui à la maison. Le traitement ambulatoire n’est pas préconisé dans le cadre de la prise en charge du coronavirus" dit le docteur Innocent Kpéto.

Certains médecins redoutent l'automédication avec la chloroquine

Certains médecins redoutent l'automédication avec la chloroquine

L’optimisme de Donald Trump et du professeur Raoult sont cependant  tempérés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a condamné l'administration de médicaments aux patients infectés par le Covid-19 avant que la communauté scientifique se soit accordée sur leur efficacité. L’OMS  met en garde contre les "faux espoirs" que cela pourrait susciter.

Le Haut-conseil de santé publique en France rejoint l’OMS, en préconisant cependant que la prescription ne se fasse uniquement que pour les formes graves et sous surveillance hospitalière.

Après s’être montré très prudent face aux travaux du professeur Raoult, le ministère français de la Santé indique avoir  "donné l'autorisation pour qu'un essai plus vaste par d'autres équipes puisse être initié dans les plus brefs délais sur un plus grand nombre de patients".

Les scientifiques sont divisés sur l'emploi de la chloroquine contre le Covid-19

Les scientifiques sont divisés sur l'emploi de la chloroquine contre le Covid-19

Le géant israélien des médicaments génériques Teva a annoncé qu'il allait fournir gratuitement aux hôpitaux américains dix millions de doses de sa molécule anti-paludique hydroxychloroquine, qui pourrait s'avérer efficace pour combattre la pandémie de coronavirus. La société précise que six millions de doses seront fournies aux hôpitaux américains d'ici le 31 mars, et plus de dix millions d'ici un mois.

Autre pays favorable à l'utilisation de la chloroquine, le Maroc. Une circulaire du ministère marocain de la Santé, adressée le lundi 23 mars 2020 aux centres hospitaliers et aux directeurs régionaux de la Santé, appelle à "l'introduction de la chloroquine et de l'hydroxychloroquine dans la prise en charge thérapeutique des cas confirmés de Covid-19".

La chloroquine fait également partie d'un vaste essai clinique qui a démarré au niveau européen. Nommé "Discovery", il concerne 3.200 patients sur le continent dont 800 Français. Les résultats de ce groupe de travail sont espérés d'ici six semaines. 

 

 

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !