Un commandement spatial pour la Bundeswehr // Situation humanitaire compliquée et débats toujours vifs autour de la frontière américano-mexicaine | Vu d′Allemagne | DW | 15.07.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Un commandement spatial pour la Bundeswehr // Situation humanitaire compliquée et débats toujours vifs autour de la frontière américano-mexicaine

Vu d'Allemagne revient cette semaine sur la mise en service du commandement spatial de la Bundeswehr. Dans ce podcast aussi : des nouvelles de Nord Stream 2, le gazoduc entre la Russie et l'Allemagne, un coup d'œil à la campagne pour les élections fédérales de septembre... Et puis un grand reportage aux Etats-Unis, à la frontière avec le Mexique où les migrants continuent d'affluer.

Écouter l'audio 14:21

Son nom fait un peu science-fiction mais le centre est bien réel : le Weltraumkommando dans la Bundeswehr, l'armée allemande, est officiellement en fonction depuis cette semaine. Un centre dont on pourrait traduire le nom en français par "commandement spatial de la Bundeswehr". Il est basé dans l'Ouest du pays à Uedem, au centre d'opérations aériennes de l'armée de l'air. 

Un commandement pour surveiller l'espace donc. Pas que les Allemands aient peur de se faire attaquer par les petits hommes verts, mais le centre doit en tout premier servir à la surveillance des satellites au-dessus de nos têtes. Il y en a quelques 2.500 autour de la terre. 

Eviter la paralysie 

Des satellites qui servent pour des activités civiles quotidiennes : nos GPS, téléphones ou les prévisions météo. Et puis il y a aussi des satellites militaires : on s'en sert pour détecter l'envoi de missiles ou l'avancée de troupes, par exemple. Ainsi si les satellites d'un pays venaient à être coupés, cela pourrait paralyser des pans entiers de son économie et de ses infrastructures. 

Dès 2007, la Chine lançait d'ailleurs, un missile contre un satellite météorologique. Un exercice qui prouvait sa capacité et son développement militaire dans ce domaine. Le centre allemand doit donc servir à la surveillance et la protection de ces satellites. 

Il fera aussi de la surveillance des déchets au-dessus de nos têtes. Car il y a des milliers de débris spatiaux dans l'espace : morceaux de satellites, outils ou morceaux de fusées, qui pourraient faire des dégâts s'ils tombent sur terre ou touchent des satellites en fonction 

Pas question en revanche pour l'instant d'attaques prévues ou guidées depuis ce centre. Mais cela pourrait se développer à l'avenir. Lors d'un sommet fin 2019, l'OTAN avait déclaré que l'espace devenait une zone opérationnelle à part entière. 

++++++++++++++++++++++++++++++++

Nord Stream 2 bientôt terminé ?

Nord Stream 2 doit permettre d'acheminer du gaz russe en Europe

Nord Stream 2 doit permettre d'acheminer du gaz russe en Europe

Le gazoduc géant de plus de 1200 km de long qui doit permettre d'acheminer du gaz naturel russe jusqu’au marché européen, via l'Allemagne, Nord Stream 2 pourrait être bientôt achevé. Le président de la société en charge des travaux assure que le chantier pourrait être achevé cet été. "D'ici à fin août", a dit Matthias Warnig au quotidien allemand Handelsblatt. Il dit même désormais espérer que l'ouvrage sera opérationnel d'ici la fin de l'année.

La fin du chantier était jusqu'ici encore compromise, notamment parce que les Etats-Unis étaient opposés à sa construction. Des sanctions économiques contre les entreprises engagées dans le chantier avaient été prises en début d'année encore, faisant craindre aux partisans du projet que celui-ci n’aboutisse jamais. 

Finalement les Etats-Unis ont changé de ton au mois de mai, l'administration américaine annonçant qu'elle renonçait à sanctionner l'entreprise chargée d'exploiter le gazoduc. Le sujet est à l'agenda d'Angela Merkel lors de sa rencontre avec Joe Biden ce jeudi.

++++++++++++++++++++++++++++++++

53 partis pour les élections fédérales

La campagne pour les élections fédérales du 26 septembre se poursuit en Allemagne. La liste des partis autorisés à prendre part au vote vient d'ailleurs d'être publiée. Résultat : 53 partis sur le 88 qui avaient fait les démarches pourront concourir lors de l'élection.

Neuf partis, déjà représentés au Bundestag ou au niveau régional, étaient exempts des conditions d'examens, qualifiés d'office. Les autres devaient prouver leur volonté sérieuse de participer à la vie politique et de représenter le peuple. Car la commission allemande n'examine pas les programmes en tant que tel, mais regarde par exemple le nombre de membres d'une organisation, ses statuts légaux et ses représentations régionales. Les positions de fond ne jouent donc pas un rôle déterminant. Ce sont les autres critères qui jouent davantage.

Ainsi, le parti "Der Dritte Weg", la troisième voie, pourra participer, même s'il est classé comme parti d'extrême droite par l'Office fédéral de protection de la Constitution. D'autres partis comme le parti communiste allemand (DKP) ont été refusés, pour avoir, par exemple, présenté leurs comptes trop tard. Sur le 44 partis dit "petits", on retrouve aussi d'autres mouvements, comme le "Parti du changement, des végétariens et des végétaliens", le "Parti européen Amour" ou encore le "Parti du jardin". 

Les sondages donnent à l'ensemble de ces 44 mouvements quelques 8% des intentions de voix le 26 septembre prochain. 

Vous voulez suivre la campagne des élections fédérales ? Vu d'Allemagne a déjà consacré plusieurs numéros à celle-ci, à réécouter ci-dessous : 

La politique étrangère de l'Allemagne après Merkel - 29 juin 2021
Le programme du SPD pour les élections - 12 mai 2021
Limiter les mandats du chancelier en Allemagne ? - 5 mai 2021
Qui est Annalena Baerbock, candidate des Verts ? - 21 avril 2021
Les conservateurs allemands à l'heure du choix - 13 avril 2021 
Les défis d'Armin Laschet avant une éventuelle candidature à la chancellerie - 20 janvier 2021 
Les conservateurs allemands préparent l'après-Merkel
Qui est Olaf Scholz, candidat du SPD à la chancellerie ? - 12 août 2020

++++++++++++++++++++++++++++++++

Mort d'Esther Bejarano

On le l'entendra plus en live : Esther Bejarano, l'une des dernières survivantes d'Auschwitz est morte dans la nuit du 10 au 11 juillet à 96 ans. Esther Bejarano était connue notamment parce qu'elle avait joué dans l'orchestre des femmes d'Auschwitz. Elle fût obligée par les nazis à jouer de l'accordéon pour les prisonniers et les déportés qu'on envoyait à la mort dans le plus grand camp de concentration et d'extermination pendant la seconde guerre mondiale. Une manière de garder le calme pour les nazis. 

Esther Bejarano avait été déportée à Auschwitz en avril 1943 puis transférée en novembre de la même année au camp de Ravensbrück. Après la guerre, elle vivra près de 15 ans en Israël, avant de revenir en Allemagne. Elle racontera alors inlassablement son histoire, notamment dans les écoles, pour lutter contre l'extrémisme. 

Avec sa fille et son fils, Esther Bejarano fonda aussi le groupe Coincidence au début des années 1980, avec des chansons du ghetto, juives et antifascistes. Et s’est aussi produite plus récemment dans toute l’Allemagne avec un groupe de hip-hop, Microphone Mafia.

"Elle restera toujours dans nos cœurs", a écrit le président de la République allemande, Frank-Walter Steinmeier, dans un message de condoléances à ses enfants, parlant d'une "personnalité courageuse qui s’est jusqu’à la fin engagée en faveur de ceux qui ont été poursuivis par le régime nazi".

++++++++++++++++++++++++++++++++

Des milliers de personnes à la frontière américano-mexicaine

Si beaucoup espéraient que la situation dramatique des personnes migrantes s'améliorerait avec Joe Biden à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, ce n'est pas ce qui semble se passer. Près d’un million de clandestins ont été interceptés à cette frontière depuis le mois d’octobre dernier. Des personnes venues du Mexique mais plus largement aussi de toute l’Amérique du Sud. "Manque de générosité", ou au contraire "laxisme" dans la gestion de cette question ? Le débat divise toujours la société américaine sur place... En Californie et en Arizona, c'est un reportage d'Élie Courboulay.

Vu d’Allemagne est un magazine radio hebdomadaire, proposé par Hugo Flotat-Talon et Anne Le Touzé, diffusé le mercredi et le dimanche à 17h30TU, et disponible aussi en podcast. Vous retrouvez tous les numéros dans la médiathèque, à écouter en ligne ou à télécharger en format MP3. Le podcast est également disponible sur certaines plateformes de podcasts. 

Liens