Pléthore de partis politiques en Afrique : est-ce un problème ? | Arbre à palabre | DW | 28.03.2017
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Pléthore de partis politiques en Afrique : est-ce un problème ?

Après l'ère des partis uniques en Afrique, la démocratisation a ouvert la voie au multipartisme. Mais la fécondité de l'échiquier politique est-elle forcément symbolique d'une bonné santé démocratique? Le multipartisme est-il pour une menace pour la démocratie?

Écouter l'audio 25:45
Now live
25:45 min

Comment comprendre qu'il y ait près de 300 partis politiques dans un pays d'environ 25 millions d'habitants comme le Cameroun? Il y en a environ 477 en République Démocratique du Congo (67 millions d'habitants) tandis que la Guinée-Conakry (12 millions d'habitants) en compte au moins 120 et le Mali (15 millions d'habitants) a près de 180 partis politiques.

Après l'ère des partis uniques, la démocratisation a ouvert la voie au multipartisme, mais la fécondité de l'échiquier politique est-elle forcément symbolique d'une bonné santé démocratique?

Des partis ethniques ?

La vie politique dans les pays révèle que beaucoup de formations politiques n'ont d'identité que l'origine ethnique du fondateur, et les échéances électorales donnent lieu à très peu de confrontation de modèles sociétaux et de programmes politiques et économiques véritables. Le multipartisme est-il pour autant une menace pour la démocratie?

Retrouvez Fréjus Quenum et ses invités :

- Kamissa Camara, Chercheuse à la Fondation nationale pour la démocratie aux Etats-Unis
- Dennis Kadima, directeur exécutif de l'Institut électoral pour la démocratie durable (EISA) basé en Afrique du Sud 
- et Bah Oury, homme politique guinéen, fondateur et Vice-président de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), principal parti de l'opposition guinéenne