Pierre Nkurunziza : ce que le Burundi et l′Afrique retiennent de lui | Arbre à palabre | DW | 26.06.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Pierre Nkurunziza : ce que le Burundi et l'Afrique retiennent de lui

Pour les uns un héros et pour les autres un mauvais dirigeant qui a refusé de dialoguer avec ses opposants. Pierre Nkurunziza dont le décès, officiellement par un arrêt cardiaque a été annoncé le 9 juin a été conduit à sa dernière demeure ce vendredi (26.06.2020). Certains de ses compatriotes jugent son oeuvre dans cette émission.

Écouter l'audio 25:45

Alors que le Burundi fait ses adieux au président Pierre Nkurunziza dont le décès a été annoncé le 9 juin 2020, le Burundi, l'Afriqueet la commmunauté internationale ne gardent sans doute pas une même image de l'homme.

Du rebelle au dirigeant nationaliste qui aimait être avec son peuple, chrétien fervent, son troisième mandat arraché au prix d'une grave crise politico-sécuritaire et finalement inachevé, le coup d'Etat raté de 2015, sa défiance vis-à-vis du coronavirusau moment la plupart de ses homologues décrétaient le confinement.

Retrouvez aussi → L'affaire des gribouillis, une tâche noire sur le bilan de Pierre Nkurunziza

Autant de choses qu'on ne saurait ne pas évoquer en parlant de Pierrre Nkurunziza et des leçons à tirer de son parcours.

Fréjus Quenum en discute avec ses invités :

- Gaston Sindimwo, premier vice-président du Burundi depuis 2015 sous le défunt président Pierre Nkurunziza. Secrétaire général du parti de l'unité pour le progrès national (Uprona), 3ème à la présidentielle de mai 2020. Son parti l'Uprona fondé par le Prince Louis Rwagasore a conduit le Burundi à l'indépendance en 1961
- Immaculée Hunja, avocate au bareau de Bujumbura, présidente du Mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi (MFFPS-Burundi)
- François Nyamoya, également avocat de profession, secrétaire général du parti "Mouvement pour la solidarité et la démocratie" (MSD) en ligne de mire du pouvoir et dont le président Alexis Sinduhije est en exil 
- et Joseph Bikanda, coordonnateur du réseau panafricain des défenseurs des droits de l'homme (PAHRDN)