Pegasus, un logiciel au service de la surveillance d′Etat | International | DW | 19.07.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Pegasus, un logiciel au service de la surveillance d'Etat

Forbidden Stories, Amnesty International et un consortium de journalistes internationaux publient la liste d'Etats qui auraient eu recours au logiciel Pegasus pour espionner et "réduire au silence" les voix critiques.

Le Projet Pegasus dévoile des campagnes de surveillance massives à travers le monde

Le Projet Pegasus dévoile des campagnes de surveillance massives à travers le monde

Des centaines de journalistes, d'avocats, de défenseurs des droits de l'Homme ont été espionnés par des Etats, à l'aide du logiciel de surveillance Pegasus. Fabriqué par l'entreprise israélienne NSO Group, ce logiciel est destiné à l'origine à lutter contre les terroristes, mais le Projet Pegasus, mené par plus de 80 journalistes dans une dizaine de pays différents et coordonné par l'ONG Forbidden Stories  avec le soutien d'Amnesty International, révèle les abus de "gouvernements répressifs qui cherchent à réduire au silence" les voix critiques.

Ces révélations sont l'aboutissement de plusieurs années de travail en coopération d'Amnesty International, avec le Citizen Lab, Forbidden Stories.

Dans une vidéo explicative (en anglais) sur le site Digital Violences (Violences numériques), Brian Eno permet aussi sur ce site d'accéder à la banque de données sonore. Ce site est sous-titré: "Comment NSO Group permet le terrorisme d'Etat".

Les défenseurs des droits humains reprochent à l'entreprise privée NSO Group de soutenir la surveillance dans des Etats répressifs pour qui Pegasus est "une arme de choix" qui met "d'innombrables vies en péril" (Amnesty International). Dans sa réponse écrite à Forbidden Stories et citée par Amnesty International, le groupe NSO déclare "nier fermement [...] les fausses accusations" qui résultent de cette nouvelle enquête qui fait suite aux premières révélations de 2019.

>>> Lire aussi : Whatsapp et Facebook utilisés pour espionner en Afrique

Retour sur l'ampleur d'un scandale international qui n'en est qu'à ses débuts, avec Katia Roux, chargée du plaidoyer Libertés chez Amnesty International France.

Écouter l'audio 03:39

'Le logiciel Pegasus permet d'aspirer toutes les données des personnes'

Au micro de Sandrine Blanchard, elle commence par expliquer comment fonctionne le logiciel Pegasus. Ecoutez-la ci-contre: 

Pour l'instant, sur les trois gouvernements africains cités dans ces dernières révélations (Rwanda, Togo et Maroc), seul le Maroc a réagi aux accusations d'espionnage, qu'il nie.

L'Arabie saoudite fait aussi partie des onze Etats mis en cause par le Projet Pegasus : elle aurait procédé notamment à la surveillance de proches du journaliste Jamal Khashoggi, quelques jours avant et après son assassinat à Istanbul.