Nucléaire, bavures, M. Saleh : Nein Danke! | Vu d′Allemagne | DW | 31.05.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Nucléaire, bavures, M. Saleh : Nein Danke!

La décision de l'Allemagne de sortir du nucléaire d'ici 2022 fait, ce mardi encore, la Une de nombreux journaux. Mais l'Afghanistan et le Yémen intéressent également les éditorialistes.

default

Le logo des antinucléaires

Pourquoi la décision du gouvernement allemand n'est-elle pas célébrée en Allemagne, alors qu'elle fait la Une des journaux du monde entier, s'interroge die Tageszeitung ? C'est comme si les Allemands ne savaient plus vraiment sur quel pied danser et pour cause : il y a encore six mois, rappelle le journal, Angela Merkel avait fait voter le prolongement, bien au-delà de 2030, de la durée légale d'exploitation des centrales du pays. Depuis dimanche, cette durée est réduite de moitié. C'est quand même fou, non, s'exclame die Taz.

Pas tant que cela, si l'on en croit la Frankfurter Rundschau. Le quotidien s'appuie sur l'avis de nombreux experts - y compris au sein de l'Office fédéral de l'environnement - qui estiment non seulement possible, mais surtout urgent de sortir du nucléaire dès 2017. Conclusion : Merkel et compagnie n'ont pas l'intention de restructurer aussi rapidement le système énergétique qu'il le faudrait s'ils voulaient réellement diminuer le risque nucléaire.

NATO Angriffe in Afghanistan Helmand Zivilisten Tote ISAF Helicopter

Aux yeux des Afghans, l'Otan risque de se transformer en "force d'occupation" a prévenu Hamid Karzaï

La confiance se meurt

Samedi, un raid aérien de l'Otan mené contre les insurgés taliban en Afghanistan a de nouveau fait des victimes civiles - 14 selon les autorités locales, dont 10 enfants - et le président Hamid Karzaï a de nouveau mis en garde les alliés. Pour la Süddeusche Zeitung, l'Otan ne doit pas tant craindre la colère du président afghan que la baisse de confiance au sein de la population. Sur le long terme, cette baisse est en effet bien plus dangereuse pour les Occidentaux que des commandants taliban isolés.

Fin tacticien

Un mot pour finir sur la situation au Yémen qui intéresse la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Cela fait quatre mois déjà que l'opposition tente de renverser le président Ali Abdullah Saleh et que des gens sont tués. Mais monsieur Saleh, fin tacticien, sait mieux que quiconque gagner du temps. Il sait que les voisins du Yémen sont au final de son côté, car ils ont trop peur que le pays ne plonge dans le chaos une fois son président parti. La clef de ce conflit, écrit la Faz, pourrait se trouver du côté de l'armée, soutien majeur de Saleh... mais pour combien de temps encore ?

Auteur : Konstanze von Kotze
Edition : Georges Ibrahim Tounkara

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !