Nouveau massacre dans le centre du Mali | ACTUALITÉS | DW | 11.06.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

ACTUALITÉS

Nouveau massacre dans le centre du Mali

Des hommes armés non identifiés incendient un village dogon et tuent une centaine de personnes. La scène s’est déroulée dans la nuit de dimanche à lundi à Sobane-Kou, dans la région de Mopti.

En se rendant sur les lieux du drame ce lundi, Ali Dolo, le maire de Sangha, la commune dont dépend Sobane-Kou, a découvert un village rasé par les flammes.

‘’D’après les informations que nous avons pu recueillir auprès de la population, les assaillants lourdement armés étaient sur une vingtaine de motos pour encercler le village. Ensuite, ils ont commencé à tirer. Les habitants du village se sont terrés dans les maisons qu’ils ont incendiées. Des maisons qui pour la plupart avaient des toits étaient en paille ont pris feu. Ceux qui tentaient de fuir étaient abattus à bout portant. Nous avons découvert 95 corps sans vie calcinés. Le village comptait une population de 300 habitants, c’est seulement 50 personnes qui ont répondu à l’appel.’’  

Réaction de la communauté dogon

Dans un communiqué, l’association malienne pour la protection et la promotion de la culture dogon « Ginna Dogon », interpelle le gouvernement malien et l’invite, je cite : à prendre toutes ses responsabilités devant ces horreurs car les populations n’en ont que trop subi. Hamidou Ongoiba est le vice-président de Ginna Dogon.

‘’Les habitants du village de Sobane-Kou avaient alertés car deux ou trois jours auparavant, des individus armés étaient venus emporter du bétail. Ils ont pensé que c’était un signe, ils ont donc alerté les autorités qui n’ont pas réagi. Hier (dimanche 09 juin), les assaillants sont arrivés vers 17H d’après nos informations. Ils ont commencé à tuer jusqu’au lendemain. Personne n’est venu secourir les populations. Les forces de défense et de sécurité maliennes sont arrivées seulement le matin (lundi). Donc ils ont eu le temps de massacrer, de bruler, de tout saccager.’’

Ouverture d'une enquête

Le gouvernement malien dans un communiqué soupçonne les auteurs de ce massacre d’être des terroristes. Il dresse un bilan provisoire qui fait était de 95 morts et de 19 portés disparus.

Bamako annonce par ailleurs l’ouverture d’une enquête préliminaire par le procureur du pole judiciaire spécialisée de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée.