Nigeria : Boko Haram s′attaque à des écoles | Afrique | DW | 18.05.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Nigeria : Boko Haram s'attaque à des écoles

Si la secte Boko Haram faisait jusqu'ici parler d'elle pour ses nombreuses attaques sur des églises chrétiennes, des gares, des débits de boisson ou des bâtiments officiels, elle s'attaque désormais aussi à des écoles.

Le résultat de l'un des nombreux attentats à la bombe à Abuja, la capitale du Nigeria

Le résultat de l'un des nombreux attentats à la bombe à Abuja, la capitale du Nigeria

Des écoles du centre-ville de Kano, la grande métropole du Nord majoritairement musulman, ont été prises pour cibles par des membres supposés de la secte islamiste. Ce sont les écoles de Farawa et Sharada qui ont été, jeudi à l'aube, la cible de ces attaques attribuées par les autorités nigérianes aux activistes de Boko Haram. Attaques qui n'ont causé que des dégâts matériels.

Nigeria Koranschule Schüler

Des élèves d'une école coranique à Sokoto, au Nigeria

Dans l'une des deux écoles dévastées, les services de sécurité ont découvert plus tard deux bombes qui n'avaient pas explosé. Dans l'autre école, un engin explosif artisanal. Des spécialistes du déminage ont pu les désamorcer.

Boko Haram : "L'éducation occidentale est un pêché !"

Églises, postes de police, bâtiments gouvernementaux, telles étaient plutôt les cibles de Boko Haram jusqu'à présent. Mais les premières attaques contre des écoles se sont produites en mars dernier déjà : dans l'État régional de Borno dans le nord-est du Nigeria, dix établissements scolaires avaient été incendiés. En fait, de telles attaques s'inscrivent dans la logique de ce mouvement islamiste radical fondé il y a dix ans maintenant.

Polizeiposten in Millionenstadt Kano, Nordnigeria

Une patrouille policière à Kano

Boko Haram signifie en haoussa : « L'éducation occidentale est un pêché ». Cette secte, qui a pour objectif principal de combattre le gouvernement et d'établir la charia dans tout le nord du Nigeria, veut apparemment élargir son champ d'actions. Et Kano, cette vieille ville islamique, qui était autrefois une importante étape des routes commerciales transsahariennes, est de plus en plus souvent le théâtre d'attentats de Boko Haram.

Les attaques contre les établissements scolaires n'ont pas été revendiquées par la secte islamiste. Mais les autorités nigérianes, qui considèrent Boko Haram comme la première menace sécuritaire pour le pays, ne laissent aucun doute quant à l'identité des auteurs. Au cours des trois dernières années, les troubles imputés aux extrémistes islamistes ont fait plus de 1.000 morts, principalement dans le nord du Nigeria.

Auteur : Philippe Pognan
Édition : Konstanze von Kotze

Sur le même sujet

Afro-presse