Niger : revivez la présidentielle sur la DW | Afrique | DW | 21.02.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Niger : revivez la présidentielle sur la DW

Sept millions et demi d’électeurs départagent ce dimanche Mohamed Bazoum et Mahamane Ousmane. Le Niger connaîtra sa première passation de pouvoir pacifique.

Les électeurs nigériens désignent ce dimanche dans le calme le prochain président de la République

Les électeurs nigériens désignent ce dimanche dans le calme le prochain président de la République

Les heures sont en GMT+1 (la même heure au Niger)

 

Alors que le Niger va connaître bientôt son prochain présdent, les défis à relever sont immenses, selon les invités de notre émission spéciale

19H07 : Le vote a officiellement pris fin à 19h (heure du Niger). En attendant les chiffres officiels, les populations ne se sont pas beaucoup mobilisées, selon nos correspondants sur place.

18H37 : De nombreux jeunes se sont mobilisés pour voter à Maradi, la capitale économique du pays. Selon Mohamed Mahamane, journaliste à la radio Garkuna, l’une de nos radios partenaires à Maradi, "Nous savons que cette année, beaucoup d’acteurs politiques ont fait des sensibilisations et ont formé les jeunes pour les amener à comprendre l’importance de la politique". Il ajoute que ces sensibilisations ont eu un impact dans la mobilisation de la jeunesse.  

18H30 : Dans le nord du pays, à Agadez, la mobilisation des électeurs était faible. Une base américaine se trouve dans cette ville. Abdel Aziz Moussa, membre de la société civile sur place, a constaté "un manque d’affluence devant les bureaux de vote, Ce qui est un fait nouveau par rapport aux élections précédentes c’est-à-dire les municipales et le premier tour de la présidentielle".

18H24: A Diffa, dans le sud-est du pays, les populations n’ont pas massivement fait le déplacement pour voter.  "Il n’y a pas eu une grande mobilisation autour de ce vote. Mais il faut reconnaître que le vote s'est passé très calmement. Au début, il y avait un peu de peur, mais rien n'a été signalé. Un peu partout, les gens sont sortis voter", témoigne Mara Mamadou de notre radio partenaire, la radio Alternative à Diffa

18H16 : Dans moins d’une heure, les bureaux de vote vont officiellement fermer. Mais les observateurs constatent une faible affluence. Selon l’un des invités de notre émission spéciale, cette faible mobilisation peut être due à l’insécurité. Certains électeurs ont déclaré à la DW que le second tour serait joué d'avance. 

 

17H29 : Sept membres locaux de la Céni ont été tués dans l'explosion de leur véhicule. L'explosion a eu lieu dans la région de Tillabéry, proche du Mali. Il s'agit de présidents de bureaux de vote et leurs secrétaires, selon le gouverneur de la région. Leur véhicule a sauté sur une mine. 

16H45 : Ali Idrissa, coordonnateur du Réseau des organisations pour la transparence et l'analyse budgétaire (ROTAB) et de l'Observatoire du Processus Électoral (OPELE) fait un point à mi-parcours du déroulement du second tour sur la DW.

"Pour le moment, nous n’avons pas été alertés sur le vote de mineurs ni de violences constatées", a déclaré Ali Idrissa. Il s’est dit très fier du comportement des électeurs, ajoutant que "nous avions notre démocratie à reconstruire. On a eu énormément de problèmes ces dernières années par rapport d’abord aux institutions de la République, par rapport à la corruption qui a gangrené la gestion du régime Issoufou".

15H42 : Hormis des faux bulletins de vote en circulation signalés par la Céni, le second tour se déroule globalement bien. Docteur Aissa Magagi Ganda de la société civile a déclaré à la DW avoir "sillonné un peu la ville de Niamey, tout est calme, le vote se passe comme il se doit. On a eu des échos que des gens armés sont venus à l’intérieur du pays, ils ont volé des urnes. Sinon, à Niamey, je n’ai pas connaissance d’un incident".

15H21 : Pays de plus de 22 millions d’habitants, le Niger fait face à d’énormes défis. Le premier défi reste celui de la sécurité alors que le pays est confronté aux attaques djihadistes.

Le président Mahamadou Issoufou va transmettre le pouvoir après deux mandats

Le président Mahamadou Issoufou va transmettre le pouvoir après deux mandats

Selon le président Mahamadou Issoufou, "Le Niger est confronté à des défis immenses : défis sécuritaires, défis démographiques, défis climatiques, défis du développement économique et social, y comrpis d'ailleurs le défi immédiat, sanitaire, que constitute la Covid-19. Je suis convaincu que pour faire face à ces défis, il nous faut des institutions démocratiques fortes et stables".

14H46 : Encore un peu moins de cinq heures avant la fin officielle des opérations de vote. Comme lors du premier tour, les électeurs espèrent que le second tour se passera sans incidents majeurs.

"La seule chose que je souhaite, c'est que ces élections se passent dans la paix, la tranquillité et la transparence totale", fait savoir Abdul-Kader Yayé, un électeur. Un autre votant, Issa Mani, souhaite "qu'il y ait la paix au Niger après ce vote. On ne veut pas qu'il y ait de crise post-électorale, donc celui qui sera élu, il sera élu pour le Niger".

14H15 : La Céni informe avoir eu connaissance de la circulation de faux bulletins de vote. Ces bulletins ont été produits dans un pays voisin pour le compte d’un parti en compétition, indique la commission électorale dans un communiqué publié ce dimanche. Ces bulletins de vote circuleraient dans les régions de Dosso (au sud-est de la capitale Niamey) et d’Agadez (dans le nord). Selon le président de la Céni, Issaka Souna, de telles manœuvres tendent à "amener des citoyens à douter de la sincérité du scrutin".    

13H22 : Le candidat du RDR Tchandji met en garde contre la fraude. Il a souhaité des élections "propres, correctes". Après avoir indiqué, il y a quelques jours sur la DW, son intention de limiter la fraude, le candidat Mahamane Ousmane appelle au respect de la volonté des électeurs nigériens. "Le suffrage des citoyens doit être respecté. Si jamais les citoyens constatent que ces élections ont encore à nouveau été des élections truquées, je crains que la situation soit difficile à gérer", a déclaré Mahamane Ousmane après son vote.    

12H57 : Des milliers de soldats ont été déployés pour assurer la sécurité du vote, surtout dans les zones exposées à l’insécurité.

Selon Amadou Issa, membre de la commission électorale nationale indépendante (Céni), assure que "les autorités au haut-niveau et aussi les autorités de la Céni ont pris toutes les dispositions, je dis bien toutes les dispositions, pour que tout se déroule normalement, en tout cas dans l'intérêt de tous".

12H45 : "Peu importe qui est élu, pour nous, c’est du pareil au même, le prochain président devra penser aux pauvres", déclare un électeur à la DW. Une autre électrice affirme à la DW que "les soins des enfants de 0 à 5 ans, ce qu’ils en font n’est pas bien, qu’ils mettent les conditions pour que cela soit bien fait, c’est cela qu’on attend du président". Selon un autre Nigérien, "aucun président dans ce pays ne peut réussir s’il n’a pas encore mis l’accent sur les secteurs sociaux de base, notamment l’éducation".  

Les attentes des électeurs après ce scrutin sont donc grandes. Le pays fait face à de nombreux défis sociaux, économiques et politiques. Le pays de plus de 22 millions d’habitants est certes le 4ème producteur d’uranium. Mais le Niger est à la dernière place de l’indice de développement humain. En 2019, la Banque mondiale évaluait à plus de 40% les Nigériens vivant dans l’extrême pauvreté.   

12H28 : Candidat au second tour de la présidentielle, Mohamed Bazoum a voté à l'Hôtel de ville de la capitale Niamey. Il a appelé à un vote dans le calme et la discipline. Il croit en ses chances de remporter le scrutin.  

"J'ai beaucoup de raison de croire qu'elle est en effet de mon côté. Et donc par conséquent, j'aborde l'avenir avec beaucoup de sérénité, avec beaucoup de calme", déclare le candidat du parti au pouvoir.

12H22 : Le président Mahamadou Issoufou, 68 ans, ne se représente pas après deux mandats constitutionnels.

"L’alternance est en marche, l’alternance pacifique qui a manqué au Niger depuis des décennies va se réaliser", a déclaré le président Mahamadou Issoufou. Il s’est dit fier de passer "le relais à un autre président démocratiquement élu" après son vote à l'Hôtel de ville de Niamey.   

12H14 : Depuis ce matin, les Nigériens sont appelés à choisir entre le candidat du parti au pouvoir, Mohamed Bazoum, et l’ancien président Mahamane Ousmane. Les deux candidats ont une approche différente de la question de l’insécurité.

"Le prochain président doit agir contre les rebelles, c'est le grand souci du Niger dont il faut s'occuper, nous, on veut le calme et la sécurité", selon Idrissa Gado, étudiant de 29 ans, l’un des tout premiers votants.

Le candidat du parti RDR Tchandji, Mahamane Ousmane a voté dans la mi-journée. L’ancien président est soutenu par une coalition de candidats présents au premier tour du scrutin présidentiel. Mahamane Ousmane a voté avec à ses côtés justement les présidents des partis qui le soutiennent.

Mahamane Ousmane a voté dans son fief de Zinder, dans le sud-est

Mahamane Ousmane a voté dans son fief de Zinder, dans le sud-est

Les bureaux de vote ont ouvert à 8h (heure locale). Ils doivent fermer à 18h (heure locale). Les électeurs sont attendus dans 26.000 bureaux de vote. Certains bureaux de vote n’ont pas ouvert à l’heure, à 7h TU, comme l’a reconnu un observateur de la commission électorale. Abourahmane Hiro indique cependant que "ce n’est pas grave, on finira un peu plus tard".

7,4 millions d’électeurs ont commencé à voter ce dimanche pour le second tour du scrutin présidentiel au Niger. Le président Mahamadou Issoufou ne se représente pas après deux mandats constitutionnels à la tête du Niger. Ce sera d’ailleurs la première fois dans l’histoire démocratique du pays que le pouvoir va être transmis pacifiquement.

Qui sont les candidats du second tour ?

Le président Mahamadou Issoufou a un dauphin. Le candidat Mohamed Bazoum du parti au pouvoir, PNDS, a remporté plus de 39% des suffrages lors du premier tour du 27 décembre. L’ancien ministre des Affaires étrangères et ancien ministre de l’Intérieur bénéficie du soutien des candidats arrivés troisième et quatrième lors du premier tour, Seïni Oumarou et Albadé Abouba. Face à Mohamed Bazoum pour le second tour, il y a le candidat Mahamane Ousmane. Il a récolté plus de 16% de suffrages lors du premier tour. L’ancien président du Niger (1993-1996) aspire diriger de nouveau jouer les premiers rôles dans son pays.  

Les observateurs de la Cédéao sont présents au Niger pour le déroulement du vote. La mission est dirigée par Namadi sambo, ancien vice-président du Nigeria. Les observateurs de la Cédéao sont au nombre de 80.

L’Union africaine a également dépêché une mission d’observation électorale.     

"L'objectif principal de la mission est de faire une observation honnête, indépendante et impartiale ainsi qu’une évaluation de l'organisation et de la conduite de cette élection", selon le chef de mission Sghair Said Ould M’Bareck, ancien Premier Ministre de la République Islamique de Mauritanie. Les observateurs nationaux sont également dans les bureaux de vote.

Avant le second tour, les Nations unies ont appelé à des élections dans un climat apaisé.

Le premier tour du scrutin s’est globalement bien déroulé. Il a cependant été émaillé quelques jours après par une attaque djihadiste qui a fait 105 morts.