Niger : c′est parti pour la course au fauteuil présidentiel | Afrique | DW | 07.12.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Niger : c'est parti pour la course au fauteuil présidentiel

La campagne pour la présidentielle et les législatives du 27 décembre a été lancée samedi (05.12) au Niger. Trente candidats sont en lice pour le scrutin présidentiel, dont Mohamed Bazoum, du parti au pouvoir.

En 2016, les partis de Hama Amadou étaient nombreux dans la rue pour battre campagne pour leur candidat. (image d'illustartion)

En 2016, les partis de Hama Amadou étaient nombreux dans la rue pour battre campagne pour leur candidat. (image d'illustartion)

Le principal opposant, Hama Amadou, ne pourra pas, lui, se présenter à cette élection. Sa candidature a été rejetée par la Cour constitutionnelle qui l’a déclaré inéligible. "La disqualification du principal opposant au régime de Niamey pourrait profiter au candidat du pouvoir, Bazoum Mohamed", explique l’analyste politique nigérien, Boubacar Hassane. Il est au micro de Nafissa Amadou. Cliquez sur l'image pour écouter : 

Écouter l'audio 02:12

"Le candidat du pouvoir est le grand favori de la présidentielle."

Bazoum Mohamed, 60 ans, ancien ministre de l'Intérieur et des Affaires étrangères, est considéré comme un homme-clé du pouvoir sous la présidence de Mahamadou Issoufou. 

L'opposition, qui conteste depuis trois ans la Commission électorale nationale indépendante (Céni) et le code électoral élaboré "sur une base non consensuelle, sans sa participation", participe cependant à la présidentielle couplée aux élections législatives.

Autres candidats 

Parmi les candidats en lice on compte également le général Salou Djibo, ex-chef de la junte militaire au pouvoir de février 2010 à avril 2011, investi par le parti Paix-Justice-Progrès (PJP).

Seini Oumarou candidat du Mouvement national pour la société de développement (MNSD)

Seini Oumarou candidat du Mouvement national pour la société de développement (MNSD)

Deux autres poids lourds, Seïni Oumarou, le dirigeant du Mouvement national pour la société de développement (MNSD, 3e en 2016) et Mahamane Ousmane, ex-président de 1993 à 1996 (4e en 2016), sont aussi dans la course, ainsi que l'ex-chef de la diplomatie, Ibrahim Yacoubou (5e en 2016).

Depuis 2015, le Niger, un des pays les plus pauvres du monde, est en proie à des attaques jihadistes récurrentes dans ses parties ouest et sud-est, qui ont fait des centaines de morts.

A Niamey, pendant le coup d'envoi de la campagne, 5 personnes sont mortes électrocutées alors qu'elles essayaient de monter une tente et d'accrocher des fanions, drapeaux et tissus aux couleurs de leurs partis et effigies de leur candidat à la présidentielle sur des poteaux d'une ligne haute tension. 

A lire aussi : Présidentielle au Niger : Qui sont les candidats ?