″Netanyahou exagère, nous verrons si c′est historique″ | International | DW | 14.08.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

"Netanyahou exagère, nous verrons si c'est historique"

Avi Primor, ancien ambassadeur d'Israël en Allemagne, revient pour la DW sur l'accord de normalisation des relations entre Israël et les Emirats arabes unis. Il estime prématuré de parler de "jour historique".

Benjamin Netanyahou estime avoir signé un véritable accord de paix, pas un slogan

Benjamin Netanyahou estime avoir "signé un véritable accord de paix, pas un slogan"

Israël et les Emirats arabes unis viennent de trouver un accord de normalisation de leurs relations. L'annonce a été faite ce jeudi (13.08.20). Un accord qui doit être signé officiellement d'ici à trois semaines. C'est le troisième seulement avec un pays arabe, après la paix conclue avec l'Egypte en 1979 et la Jordanie en 1994. "Un accord historique", ont réagi les Etats-Unis sous l'égide de qui l'accord a été trouvé. "Un jour historique, une nouvelle ère", a renchéri le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou. Est-ce vraiment le cas ?

Que dit cet accord ? 

Cet accord devrait ouvrir la porte à des accords bilatéraux pour des investissements, le tourisme, la sécurité. Des liaisons aériennes directes entre les deux pays devraient aussi être ouvertes et un échange d'ambassadeurs est évoqué. Sauf que, même si l'accord devrait intensifier les échanges, tout cela n'est pas totalement inédit. "Avec les Emirats, ce n'est pas nouveau, c'est une relation qui se développe depuis des années", rappelle Avi Primor, ancien ambassadeur d'Israël en Allemagne, aujourd'hui enseignant à l’université de Tel-Aviv et interviewé sur les ondes de la DW ce vendredi (14.08.20).

"Il y a une ambassade non officielle depuis des années sur place, nous commerçons avec eux pour environ un milliard d'euros par an depuis des années, si bien que cet accord a aujourd'hui davantage une importance psychologique", précise-t-il. Et d'ajouter : "Benjamin Netanyahou exagère et nous verrons si cela est historique Pour l'instant cela n'a rien de comparable avec les accords signés avec l'Egypte ou la Jordanie". 

Quel rôle jouent les Etats-Unis ? 

Écouter l'audio 07:39

"Tout va dépendre du résultats des élections aux Etats-Unis" - Avi Primor

L'accord a été trouvé sous l'égide de Washington. Donald Trump avait présenté en début d'année son "plan de paix" pour le Proche-Orient, un plan qui prévoit aussi l'annexion par Israël de la vallée du Jourdain et de colonies juives en Cisjordanie occupée. Donald Trump, en campagne électorale, signe donc un succès diplomatique. "Même si ce sont des questions qui ne jouent pas un grand rôle dans la campagne américaine, Donald Trump est dans une situation où toute voix compte. Il cherche à encourager ses électeurs juifs", estime Avi Primor. 

Pour le président américain, cet accord est aussi un moyen d'accentuer la pression sur l'Iran. En nouant des relations avec des voisins arabes, Israël et Washington tentent de limiter l'influence de Téhéran dans la région. 

Que disent les Palestiniens ? 

Plus de 450.000 Israéliens vivent dans une centaine de colonies juives en Cisjordanie, jugées illégales par le droit international

Plus de 450.000 Israéliens vivent dans une centaine de colonies juives en Cisjordanie, jugées illégales par le droit international

Les annonces faites jusqu'à présent concernant l'annexion des territoires palestiniens sont encore floues. Jeudi, les Emirats ont assuré que leur accord prévoyait de "mettre fin à toute annexion supplémentaire" de territoires palestiniens. Benjamin Netanyahou parle lui simplement de "report". Les dirigeants palestiniens ont ainsi sans surprise rejeté cet accord. "Il s'agit d'une trahison de Jérusalem et de la cause palestinienne", selon-eux. 

Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies, voit lui une occasion "pour les dirigeants israéliens et palestiniens de reprendre des négociations substantielles, débouchant sur une solution à deux Etats conformément aux résolutions onusiennes en la matière". L'Allemagne, qui s'oppose aux projets d'annexion avec d'autres pays européens, a salué "une contribution importante à la paix" ce vendredi. 

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !