Municipales au Bénin, un scrutin pas comme les autres | Afrique | DW | 23.04.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Municipales au Bénin, un scrutin pas comme les autres

En dehors du nombre réduit de partis politiques en lice, il ne devrait y avoir aucun contact direct entre les candidats et les populations, en raison du coronavirus.

Écouter l'audio 02:09

"Cette fois-ci la campagne est limitée à l'utilisation des médias" - Geneviève Bocco Nadjo

Un an après les législatives d'avril 2019, les Béninois sont de nouveau attendus aux urnes le 17 mai 2020, pour élire cette fois les conseillers communaux et municipaux. Le scrutin se tiendra dans un contexte particulier de crise sanitaire engendrée par le Covid-19. Pourtant, les autorités se montrent déterminées quant à son organisation.

"Sauf cas de force majeur, pour le moment rien ne nous empêche de déclarer que le scrutin aura bien lieu le 17 mai 2020", affirme Geneviève Bocco Nadjo, la vice-présidente de la Commission électorale nationale autonome (Cena). 

Cinq formations sont en lice dont deux soutenant l'action du président Patrice Talon (Image d'archive - 18.03.2016)

Cinq formations sont en lice dont deux soutenant l'action du président Patrice Talon (Image d'archive - 18.03.2016)

Cinq partis politiques en lice

C'est la première fois dans l'histoire du pays, qu'une compétition électorale se ferait entre les candidats de seulement cinq partis politiques : l'Union progressiste et le Bloc républicain, deux formations qui soutiennent le programme du Chef de l'Etat Patrice Talon.

Ensuite le parti Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE), principal parti de l'opposition dont le président d'honneur Boni Yayi, ancien Chef de l'Etat a démissionné. Egalement en lice, le parti du Renouveau démocratique de l'ancien président de l'Assemblée nationale Adrien Houngbédji et enfin le parti Union démocratique pour un Bénin nouveau.

La campagne électorale démarre le 2 mai 2020.

Un défi majeur à relever 

Les élections municipales et communales se tiendraient par ailleurs dans un contexte particulier compte-tenu de la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19.

L'Afrique mise sur les gestes de prévention pour limiter les conséquences de la pandémie de coronavirus (Archives - Ghana 06.04.2020)

L'Afrique mise sur les gestes de prévention pour limiter les conséquences de la pandémie de coronavirus (Archives - Ghana 06.04.2020)

Geneviève Bocco Nadjo la vice-présidente de la Commission électorale nationale autonome reconnaît que "c'est la partie la plus festive à l'occasion d'un scrutin".

Pourtant cette fois, "la campagne est limitée à l'utilisation des médias". La vice-présidente de la Cena cite des médias comme "la télévision, la radio". Mais la campagne se fera également par le biais de "mégaphones, des griots et pourquoi pas les crieurs publics. Toute forme de campagne où on est sûr qu'on n'aura pas un regroupement de plus de cinquante personnes tel que le prescrivent les mesures barrières édictées par le gouvernement", ajoute-t-elle.

Problème d'équité entre les candidats

Il n'y aura donc pas de contact direct entre les candidats et les populations, du fait de la menace du coronavirus. Mais ces communales et municipales étant des élections de proximité, il se pose le problème de la répartition de l'accès aux médias retenus pour cette campagne "spéciale".

C'est ce qui préoccupe aussi Soulémane Koto Yérima de la Plateforme électorale des organisations de la société civile.

Il souhaite "un accès équitable des partis politiques en lice aux médias du service public, notamment la télévision nationale et la radio nationale et leurs différentes antennes régionales qui vont certainement, compte-tenu de l'ordre de passage qui a été déjà défini, permettre à chaque parti politique d'avoir un temps d'antenne donné".

La Cena quant à elle, assure que des dispositions ont été prises pour une répartition régulière et équitable du passage candidats sur les médias.

Mesures barrières contre le Covid-19

S'agissant des mesures relatives à la lutte contre la propagation du Covid-19, la vice-présidente de la Céna estime que les électeurs n'ont pas d'inquiétude à se faire.

"Nous prendrons les dispositions idoines au niveau de chaque bureau de vote", promet-elle.

"Nous avons ajouté à ces dispositions le système de lavage des mains, dans les postes de bureaux de vote il y aura également du gel hydro-alcoolique. Nous avons également pensé à faire respecter la mesure barrière entre les électeurs et pour ce faire il y aura l'assistance discrète des forces de l'ordre", avertit Geneviève Bocco Nadjo.

1.435 conseillers municipaux et communaux ainsi que les conseillers de villages et de quartiers de villes des 77 communes seront élus au soir du 17 mai. Ce sera la troisième fois depuis l'avènement du processus de la décentralisation en 2002 au Bénin.

Audios et vidéos sur le sujet