Mobilisation contre un troisième mandat d′Alpha Condé | Afrique | DW | 05.04.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Mobilisation contre un troisième mandat d'Alpha Condé

En Guinée, l'opposition et la société civile unissent leurs forces contre un éventuel troisième mandat du président.

Alpha Condé ne s'est lui-même pas encore pronocé officiellement sur un éventuel troisième mandat.

Alpha Condé ne s'est lui-même pas encore pronocé officiellement sur un éventuel troisième mandat.

Le front anti-troisième mandat regroupe les principales personnalités de l'opposition et certains acteurs de la société civile. Il a été lancé cette semaine à Conakry pour défendre les acquis de la Constitution, alors que l'entourage d'Alpha Condé milite pour une nouvelle Constitution qui lui permettrait de se représenter.

Selon Ousmane Kaba, président du Parti des démocrates et de l’espoir (PADES), la tentation d'un troisième mandat qui passerait par une modification de la Loi fondamentale ne passera pas en Guinée :

"Les clans mafieux qui sont autour du président doivent savoir que le peuple guinéen est résolu à lutter pour sa liberté et pour sa démocratie. Forcer un troisième mandat ne servira à rien parce que les Guinéens sont prêts à se battre pour défendre la Constitution et l’avenir démocratique de leurs enfants."

Une nouvelle Constituion pour le peuple et par le peuple ?

L’idée d’une nouvelle Constitution se diffuse pourtant déjà dans les rues de Conakry sous la forme de banderoles accrochées un peu partout. Sur ces affiches on peut par exemple lire :" Je suis Guinéen et je m’engage pour une nouvelle Constitution".

Cette option est notamment soutenue par Allouseny Makanera Kake, membre de la mouvance présidentielle. Celui-ci affirme que des actions sont en cours pour modifier l’actuelle Constitution qui, selon lui, ne représente plus l’aspiration des Guinéens :

"Il n’y a pas une loi qui empêche aux Guinéens d’avoir une nouvelle Constitution, surtout quand on sait que l’actuelle a été promulguée dans une situation exceptionnelle. Le peuple n’a participé ni en amont à son élaboration, ni en aval lors de son adoption. Cette population a donc le droit d’exiger une Constitution qui prendra en compte ses attentes. Nous sommes en train de nous battre pour faire prospérer cette idée. Je crois bien qu'elle fait son chemin."

Pour l’instant, Alpha Condé ne s’est pas prononcé sur la possibilité d'un troisième mandat en 2020.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !