Mise en demeure de Total pour un projet pétrolier en Ouganda | ACTUALITÉS | DW | 25.06.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

ACTUALITÉS

Mise en demeure de Total pour un projet pétrolier en Ouganda

Plusieurs ONG accusent Total de ne pas respecter le droit des populations locales dans le cadre d'une exploitation pétrolière en Ouganda.

Écouter l'audio 02:00

"Total doit remplir ses obligations légales" (Laurent Ciarabelli)

Selon Amis de la Terre  France, l’ONG Survie et quatre autres associations ougandaises initiatrices de cette action en justice contre Total, le projet d’exploitation, dénommé  "Tilenga", est porteur de risques "graves" pour la population et l'environnement. Elles ont ainsi mis en demeure la compagnie pétrolière française de se conformer à la loi sur  le devoir de vigilance des multinationales. Pour Laurent Ciarabelli, membre de  l'ONG Survie, Total  doit  faire face à ses responsabilités. (Pour écouter son interview, cliquez sur l'image)

 

Balal offshore Bohrinsel im Persischen Golf (Getty Images/B. Mehri)

Photo d'illustration.

Opérateur de ce projet "Tilenga" (aux côtés des compagnies chinoise CNOOC et britannique Tullow), le pétrolier français prévoit de forer 419 puits, pour la plupart situés dans le parc naturel des Murchison Falls, pour atteindre une production d'environ 200.000 barils par jour.
     

"C'est un parc traversé par le Nil, la plus longue rivière d'Afrique, situé au bord d'un lac que nous partageons avec la République démocratique du Congo. Il y a plus de six millions de personnes dans cette région qui vivent de l'agriculture et de la pêche", a souligné Dickens Kamugisha, directeur de l'organisation non gouvernementale ougandaise AFIEGO (Africa Institute for Energy Governance), lors d'une conférence de presse à Paris. 

 

"L'étude d'impact environnemental et social conduite par Total montre que 50.000 personnes seront affectées", notamment par des expropriations, a-t-il ajouté. "Mais la plupart de ces personnes jugent les compensations financières trop faibles pour leur permettre de racheter des terres ailleurs".
 

 

 

Audios et vidéos sur le sujet