Des questions au Mali après l′attaque contre Assimi Goïta | Afrique | DW | 21.07.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Des questions au Mali après l'attaque contre Assimi Goïta

Une attaque au couteau a visé ce mardi 20 juillet, le colonel Assimi Goïta. Mais, plusieurs zones d'ombre subsistent autour de cette tentative d'assassinat.

Le colonel Assimi Goïta, le 22 septembre 2020, lors des 60 ans de l'indépendance du Mali

Le colonel Assimi Goïta, le 22 septembre 2020, lors des 60 ans de l'indépendance du Mali

Deux personnes ont tenté mardi matin (20.07.2021), de poignarder le président de la transition au Mali, le colonel Assimi Goïta, durant le rite musulman de l'Aïd al-Adha, la fête du Sacrifice, à la Grande mosquée de Bamako.

La première zone d'ombre après cette attaque, s'oriente autour des suspects qui sont entre les mains des enquêteurs. Comment se sont-ils aussi facilement approchés du chef de l'Etat, avec des armes au sein de la mosquée ? La question revient très souvent lors des discussions dans les grins (lieu de rassemblement) de Bamako.

Autre question : Où était la garde rapprochée d'Assimi Goita composée essentiellement de forces spéciales au moment des faits ? 

En attendant, peu après l'attaque au couteau dirigée contre le président de la transition malienne, celui-ci a parlé d'acte isolé avant d'appeler les Maliens à la cohésion sociale et à la réconciliation nationale.

Lire aussi →L'attaque au couteau, un "acte isolé" selon Assimi Goïta

L'homme qui a tenté d'assassiner le colonel Assimi Goïta est neutralisé par la sécurité présidentielle

L'homme qui a tenté d'assassiner le colonel Assimi Goïta est neutralisé par la sécurité présidentielle

Avis divergents

Les avis des Bamakois divergent autour de cette tentative d'élimination de l'homme qui a opéré deux coups d'Etat en moins d'un an dans son pays:

"Vu la situation qui n'évolue plus, je dirais que ces gens se sentent hors du système, ils se sentent marginalisés”, explique Djibril. Pour Aboubacar, un autre bamakois, “Dire que ce serait l'œuvre de mécontents, serait une hypothèse parmi tant d'autres. Seule une enquête approfondie pourrait nous éclaircir, c'est-à-dire situer les responsabilités.” Pour sa part, Boureima, estime qu', “On peut se poser beaucoup de questions sur les réalités de cette attaque. Ce qu'on peut dire, est-ce que ce n'est pas une mise en scène ? Est-ce que ce n'est pas une conspiration montée de toutes pièces pour procéder à des arrestations ? On ne sait pas. C'est bizarre.”

Manifestation de soutien à Assimi Goïta, le 7 juin 2021, à Bamako

Manifestation de soutien à Assimi Goïta, le 7 juin 2021, à Bamako

Lire aussi →Assimi Goïta investi, son discours chargé de promesses

Sécurité en cause

Selon Kalidou Sidibé, professeur en sciences politiques à l'université de Bamako, le président par intérim, Assimi Goïta, avait commis l'erreur " de considérablement réduire son service de sécurité lors de ses déplacements." Toute chose qui selon lui, aurait favorisé la survenue de cette tentative d'assassinat dans un lieu saint et en un jour hautement symbolique, à savoir la Tabaski, l'une des plus importantes fêtes pour les fidèles musulmans."

Pour l'heure, les autorités promettent une enquête rigoureuse pour tenter de démasquer les commanditaires de cette attaque au couteau qui a été maitrisée grâce à la vigilance et au réflexe militaire d'Assimi Goïta qui était avant le coup d'Etat du 18 aout 2020, le chef du bataillon des forces spéciales maliennes. Des autorités qui annoncent également un renforcement de la sécurité du chef de l'Etat.

Lire aussi →L'ONU veut renforcer la Minusma au Mali