Que retenir du changement de stratégie de la France au Sahel? | Afrique | DW | 23.09.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Que retenir du changement de stratégie de la France au Sahel?

Au Sahel, la France entend passer " d’une opération militaire à un dispositif de coopération " et tente de rassurer ses partenaires.

Des militaires de l'opération Barkhane dans le nord du Mali.

Des militaires de l'opération Barkhane dans le nord du Mali.

La ministre française des Armées a achevé lundi [20.9.21] une tournée qui l’a conduite au Niger et au Mali, deux pays touchés par des attaques djihadistes. Florence Parly est allée expliquer la nouvelle stratégie de la France qui a décidé  de réorganiser son engagement dans la zone sahélienne.

Désormais, la France entend passer " d’une opération militaire à un dispositif de coopération ", notamment via la Task Force Takuba, qui aura sa base à Niamey, ou encore le partenariat avec la mission de formation de l’Union européenne au Mali (EUTM). 

Lire aussi : Mali : quels sont les intérêts des puissances étrangères ?

À ses hôtes sahéliens, Florence Parly a confirmé que les effectifs des militaires français  au Sahel devraient passer de plus de 5.000 hommes actuellement à 2.500 ou 3.000 d'ici 2023.

Mais la ministre tient à rassurer : la France ne va pas abandonner le Sahel : "Un redimensionnement de la force Barkhane et de ses objectifs, ne veut pas dire un retrait de la France", ajoute pour sa part Jérôme Pigné, président et co-fondateur du Réseau de réflexion stratégique sur la sécurité au Sahel.

Des soldats de l'opération Barkhane quittent leur base à Gao au Mali.

Des soldats de l'opération Barkhane quittent leur base à Gao au Mali.

"Un retrait définitif impossible"

Dans le contexte actuel, marqué par la recrudescence des attaques djihadistes, un retrait définitif de la France serait "impossible", du moins dans l’immédiat. Sans compter les raisons internes et géostratégiques, selon Roland Marchal, chercheur spécialiste de l'Afrique au Centre de recherches Internationales (CERI).

"En France, nous avons un lobby militaire, un lobby sécuritaire qui tient dans la définition de la France, comme puissance internationale. On ne partira pas, surtout dans un moment qui ne nous est guère favorable. Il y a aussi des engagements pris avec des partenaires européens et africains, notamment des Etats du Sahel qui font que, pour ses intérêts  bien compris, la France va rester " explique le chercheur.

Lire aussi : Plongée au cœur de Takuba, la force européenne au Mali

Changement de stratégie

Néanmoins, la France change de stratégie et opte désormais pour des frappes ciblées, grâce à des moyens aériens, contre les chefs et cadres djihadistes, c'est ce que soutient Niagalé Bagayoko, présidente de l'African security sector network (ASSN).

Écouter l'audio 03:37

"Le recours aux moyens aériens sera augmenté" (Niagalé Bagayoko)

Selon elle " l'emprunte militaire française au sol sera beaucoup moins importante. Mais, le recours aux moyens aériens sera augmenté et le point focal d'intervention sera d'avantage centré sur le Niger."

Lire aussi : Paris va reduire de moitié l'effectif de Barkhane au Sahel

Le rôle des armées locales

Le chercheur Jérôme Pigné explique que Paris et ses partenaires misent aussi sur l'accompagnement des armées locales, afin de les rendre autonomes à moyen et long terme... avec des résultats mitigés.

"La logique de la France, comme de l’ensemble des partenaires internationaux qui accompagnent le Mali et les pays de la sous-région, c’est d’accompagner la montée en puissance des forces armées locales. C’est un processus en cours.

Des soldats maliens dans un camp à Kiloukiro

Des soldats maliens dans un camp à Kiloukiro

Il ne porte pas ses fruits. Et il faut véritablement réfléchir à des stratégies endogènes qui vont être développées sur le long terme " précise Jérôme Pigné.

En juillet dernier, Emmanuel Macron a annoncé la fermeture progressive des bases militaires françaises de Kidal, Tessalit et Tombouctou dans le nord du Mali. Un processus qui démarrera d’ici la fin de cette année. 

Lire aussi : Emmanuel Macron annonce la fin de Barkhane

Par ailleurs la base militaire de l’opération Barkhane, actuellement à N’Djaména au Tchad, sera délocalisée à Niamey, qui abritera désormais le centre du commandement français dans la lutte contre le djihadisme au Sahel.

Audios et vidéos sur le sujet