Macron reçoit Poutine en amont du G7 | Vu d′Allemagne | DW | 20.08.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

Macron reçoit Poutine en amont du G7

A quelques jours du sommet du G7, qui va se tenir cette année à Biaritz en France, le président français Emmanuel Macron a reçu son homologue russe hier (19 août). Une visite commentée dans la presse allemande. 

Vladimir Putin und Emmanuel Macron (AP/G. Julien)

Le locataire de l'Elysée a reçu le chef du Kremlin dans sa résidence d'été à Brégançon

La Frankfurter Allgemeine Zeitung rappelle d’emblée que depuis l'annexion de la Crimée en 2014, la Russie n'est plus invitée aux réunions du groupe des nations les plus industrialisées du monde. La visite du président russe ne signifie pas cependant le retour de la Russie dans le G7. 

"L'Elysée, écrit la Faz, exclut un retour de Moscou dans le cercle des démocraties en raison du conflit armé avec l'Ukraine". Mais, précise le journal de Francfort, dans l’entretien confidentiel qu’ils ont eu ensemble, Macron voulait montrer qu’il est disposé à dialoguer. 

A propos justement du penchant du président Macron pour le dialogue, la Süddeutsche Zeitung écrit : "Dans sa vision du monde, il y a peu de différences irréconciliables mais toujours la possibilité de discuter des problèmes". 
Toutefois, poursuit le quotidien de Munich, pour que ses longues rencontres avec Poutine soient considérées comme un succès, il faudrait qu’elles permettent de renforcer la démocratie en Russie,  au moins sur le moyen terme. 

"Pendant que Trump tente de mobiliser ses électeurs avec des provocations, Macron prend le chemin diplomatique", note de son côté la Mannheimer Morgen. Cependant, la marge de manœuvre du président français sera limitée au sommet du G7, poursuit le journal. 

Vladimir Putin und Emmanuel Macron (AP/G. Julien)

Le président français a plaidé pour un rapprochement entre l'Union européenne et la Russie

Et si encore une fois, il n’y a pas de résultats concrets à l’issue de ce sommet alors, écrit la Mannheimer Morgen, il faudra s’interroger sur la pertinence de conserver le sommet sous ce format. 

30 ans depuis la fin du Rideau de fer 

Les journaux allemands se sont égalements interessés aux commémorations hier du 30e anniversaire de la fin du Rideau de fer entre l'Est et l'Ouest. Des commémorations célébrées en Hongrie, avec la chancelière allemande, invitée du Premier ministre hongrois Viktor Orban. 

"La politique anti-européenne d'Orban, sa démarcation claire avec les institutions de l'Union européenne également entrave la mémoire historique d'une manière grotesque", juge la Süddeutsche Zeitung. 

La Neue Ösnabrücker Zeitung rappelle qu’il y a 30 ans, les gardes-frontières hongrois ont permis aux citoyens de la RDA de fuir vers la liberté. "Le fait qu'aujourd'hui, cette nation  soit dirigée par un paternalisme d'Etat  fait probablement partie de l'ironie de l'histoire", conclut le journal.