Maître Bernard Maingain : ″La communauté internationale n′a pas pris ses responsabilités lors des évènements d′avril 2015″ | Tous les contenus | DW | 09.05.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Interview de la semaine

Maître Bernard Maingain : "La communauté internationale n'a pas pris ses responsabilités lors des évènements d'avril 2015"

L'avocat des familles des victimes de la répression d'avril 2015 au Burundi revient sur la procédure en cours. Il détaille les témoignages des victimes en sa possession, son travail et revient sur le rôle de la Cour pénale internationale (CPI).

Écouter l'audio 05:28
Now live
05:28 min

Les Burundais ont commémoré, le 26 avril dernier, le troisième anniversaire du début de la crise politique qui secoue leur pays. Plusieurs victimes de la violente répression du 26 avril 2015 attendent que justice leur soit rendue. Ils ont rassemblé des éléments de preuves des différentes exactions commises depuis trois ans.

Des familles qui sont défendues notamment par Maître Bernard Maingain. La DW l'a rencontré récemment à Kigali lors du Forum pour la gouvernance d'Ibrahim Bo. Dans une interview il revient notamment sur les témoignages des victimes sur lesquels ils travaillent. "Des récits de personnes torturées, d'une famille dont on a assassiné les enfants, d'une femme violée ...". 

La CPI compétente

Maître Bernard Maingain assure que la Cour pénale internationale travaille. "Je ne peux pas dire dans le détail comment nous travaillons, mais le travail est consciencieux", explique-t-il. "Même si le Burundi s'est retiré de la Cour pénale internationale (CPI), juridiquement (...), elle reste compétente, même pour des événements qui surgissent aujourd'hui", assure l'avocat.

Complicité lors du coup d'Etat 

L'avocat des familles de victimes a lui-même été accusé de complicité lors de la tentive de coup d'Etat de 2015. "Il aurait fallu que nous puissions avoir un débat contradictoire complet sur cette question". Maître Bernard Maingain raconte que "la parole circule" entre toutes les personnes qui luttent. 

Il fustige également la communauté internationale, qui n'aurait pas pris ses responsabilités en 2015. Vous pouvez écouter l'interview de Maître Bernard Maingain en intégralité en cliquant sur l'image ci-dessus. 

La rédaction vous recommande