L’usage excessif de la violence en Guinée | Afrique | DW | 05.11.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

L’usage excessif de la violence en Guinée

En Guinée, au moins trois personnes ont été tuées lundi (05.11) à Conakry, la capitale. Les forces de l’ordre ont ouvert le feu sur le cortège qui s’apprêtait à aller inhumer au cimetière de Bambeto des jeunes gens tués il y a deux semaines lors des affrontements avec les forces de l’ordre.

Écouter l'audio 02:21

Des centaines de Guinéens ont défilé lundi (04 novembre) à Conakry pour accompagner au cimetière les cercueils de manifestants tués lors de récentes manifestations contre un éventuel troisième mandat du président Alpha Condé.

Familles et personnalités de l'opposition ont marché derrière les cercueils ceints du drapeau national rouge jaune et vert de l'hôpital de l'Amitié sino-guinéenne vers la mosquée de Bambeto, puis le cimetière de ce quartier favorable à l'opposition où sont déjà enterrés des dizaines de personnes tuées au cours de manifestations ces dernières années.

Mais les forces de l’ordre ont tué au moins trois personnes au cours de cette manifestation. Cet usage disproportionné de la violence, récurrent en Guinée, est inacceptable selon le président de l’Organisation guinéenne des droits de l’homme, Gadiry Diallo.

Pour écouter son interview, cliquez sur la photo (ci-dessus).