L′Union européenne pour un nouveau partenariat avec l′Afrique | International | DW | 26.02.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

L'Union européenne pour un nouveau partenariat avec l'Afrique

​​​​​​​Ursula von der Leyen et plusieurs commissaires européens vont discuter de la stratégie de l'Union européenne pour l'Afrique avec leurs homologues de l'Union africaine.

Écouter l'audio 02:09

'Les Européens sont nerveux' (Geert Laporte, du think tank ECDPM à Bruxelles)

C'est déjà le deuxième voyage officiel de la nouvelle présidente de la Commission européenne au siège de l'Union africaine. Cette fois, elle sera accompagnée de 22 des 27 commissaires européens, pour un sommet avec leurs homologues de l'UA.

Ces visites à Addis Abeba témoignent de l'importance qu'accordent les institutions européennes à l'Afrique, avec laquelle Bruxelles souhaite multiplier les "partenariats" dans le cadre de sa nouvelle stratégie.

"Partenariat d'égal à égal"

Les temps changent, il ne suffit plus aux Européens d'arriver pour annoncer une série de mesures ou des plans à destination de l'Afrique, il faut désormais aussi savoir écouter les besoins et les exigences des partenaires africains.

Voilà comment on pourrait résumer la nouvelle ligne de Bruxelles qui veut une relation davantage axée sur les intérêts politiques et économiques réciproques que sur l'aide au développement.

La Commission européenne a établi une ébauche de stratégie pour l'Afrique qui sera discutée ce jeudi 27 février à Addis-Abeba et présentée officiellement le 4 mars.

Les secteurs concernés sont notamment le développement durable, les transitions numérique et écologique, l'emploi, la paix ou encore la mobilité. L'objectif est aussi d'accroître les investissements.

Un changement de point de vue que salue Michelle Ndiaye, de l'Institut pour la paix et les études sur la sécurité de l'université d'Addis Abeba. La chercheuse note qu'il y a certes toujours "une tendance, en Afrique, à dire oui à tout ce que l'Europe propose". Mais selon elle, "l'époque est en train de changer et la nouvelle génération de dirigeants comprend mieux les intérêts de leur propre pays."

Ces intérêts africains, l'Union européenne n'est pas la seule à pouvoir y répondre.

Elfenbeinküste Abidjan | Alassane Ouattara, Präsident & Emmanuel Macron, Präsident Frankreich (picture-alliance/Anadolu Agency/C. Bah)

Au sein de l'UE aussi, certains Etats comme la France lancent des initiatives

La concurrence est rude

La Chine, la Russie, l'Inde et la Turquie investissent en Afrique et s'impliquent même dans les conflits en cours.

Les Etats-Unis ont lancé un nouveau plan "Prosper Africa" pour redynamiser les échanges commerciaux avec plusieurs pays et Washington vise un accord de libre-échange avec le Kenya.

La France, très impliquée dans le commerce et les opérations militaires sur le continent, organise ses propres conférences sur les investissements en Afrique.

Comme le résume Geert Laporte, du think tank ECDPM à Bruxelles : "En ce moment, l'Afrique a le choix de ses partenaires et l'Europe va devoir convaincre de la plus-value qu'elle apporte".

Geert Laporte croit déceler "un certain degré de nervosité de l'Union européenne dans la ruée vers l'Afrique, avec la présence de nombreuses autres grandes puissances, des puissances mondiales qui s'intéressent à l'Afrique."

Reuters/B. Suarez)

La migration, un chapitre toujours épineux entre l'UE et l'UA

Accords UE/ACP, migration...

Côté commerce, entre l'Union européenne et les pays ACP, les négociations sur la suite de l'Accord de Cotonou n'avancent pas.

Pourtant, Bruxelles reste le principal partenaire économique de l'Afrique et pourvoit le plus à l'aide au développement et aux investissements directs.

Mais les Etats européens ne s'accordent pas sur une stratégie unique, en dépit de la nomination d'une commissaire pour les partenariats internationaux, Jutta Urpilainen.

D'où la propension de l'UE à négocier petit à petit des accords dans des secteurs particuliers.

Comme la migration, par exemple, avec d'un côté une Europe qui envisage l'arrivée d‘Africains sur son territoire comme une menace potentielle, tandis que les Africains réclament leur droit à la mobilité et des portes d'entrées légales dans l'UE.

Sommet UE/UA en octobre

Le document stratégique de la Commission sur la politique UE-Afrique devrait être dévoilé le 4 mars sous la forme d'une communication. Des conclusions plus précises doivent encore adoptées, au plus tard lors du sommet européen les 18 et 19 juin.

Et le détail des mesures envisagées pour  mettre cette stratégie en application ne sera sans doute pas annoncé avant le sommet UE-Union africaine à Bruxelles, au mois d'octobre prochain.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !