L′Ouganda aux urnes pour un double scrutin sous haute sécurité | Afrique | DW | 14.01.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

L'Ouganda aux urnes pour un double scrutin sous haute sécurité

Quelque 18 millions d'électeurs sont convoqués aux urnes. Pour la présidentielle, Bobi Wine un jeune de 38 ans affronte le président Yoweri Museveni, 76 ans.

Des électeurs ougandais lors des élections législatives et présidentielle de févvrier 2016 (Archives - Mukono, 18.02.2016)

Les autorités ougandaises ont fait annuler des meetings politiques en raison de la pandémie de coronavirus

Les élections législatives et présidentielle ont démarré en Ouganda. Les opérations devaient commencer à 4H temps universel soit 7H locales mais des bureaux de vote ont ouvert avec du retard dans la capitale Kampala.

18 millions d'électeurs sont convoqués aux urnes pour choisir un président et les députés de l'Assemblée nationale. L'actuel chef de l'Etat Yoweri Museveni, 76 ans, brigue un sixième mandat. Il fait face à une dizaine de candidats dont un jeune de 38 ans, Robert Kyagulanyi plus connu sous son pseudonyme Bobi Wine. Le vote devrait se terminer à 12H Temps universel.

Internet coupé et sécurité renforcée 

En Ouganda, une décision de hausse des taxes téléphoniques a été retirée après une vive protestation

En représaille contre Facebook, le gouvernement de Kampala a coupé les accès aux réseaux sociaux

Le double scrutin se déroule dans un contexte de perturbations généralisées des canaux de communication. Des difficultés d'accès à l'internet sont rapportées alors que les autorités ont décidé il y a quelques jours de couper les accès aux réseaux sociaux. 

Lire aussi → Facebook ferme des comptes en Ouganda

D'importantes dispositions sécuritaires ont été prises après la campagne électorale réputée la plus violente de l'histoire politique du pays

Dans le bidonville de Kamwokya, là où l'opposant Bobi Wine a grandi et est très populaire, une grande affluence des électeurs est constatée. Les forces de l'ordre essaient de faire respecter les mesures de distanciation sociale en raison de la pandémie de coronavirus qui frappe sévèrement l'Ouganda. 

Scrutin "historique"

Sur les dix candidats qui affrontent le président Museveni, Bobi Wine est considéré comme le plus menaçant

Le chanteur et député Bobi Wine (droite) avait 4 ans au moment où le président Yoweri Museveni arrivait au pouvoir

"Nous sommes ici pour participer à une élection historique. Pour décider du choix de celui qui emporte notre confiance. Cette nation a traversé trop d’épreuves et nous devons écrire l’histoire aujourd’hui", confie Serubega Hamis, un votant.

Pour sa compatriote Nalinya Ruth, le vote de ce jeudi est tout aussi important. "Je suis arrivée ici à 6 heures. Pour exprimer mon suffrage pour le président qui va nous gouverner", témoigne-t-elle. Cate Nabbale, enseignante dans une école primaire et qui vote pour la première fois, à 20 ans, se dit "excitée. Je voudrais voir le pays se développer, que les choses changent".

Plusieurs centres de vote de Kampala ont ouvert en retard et les opérations n'avaient pas démarré à l'heure prévue. 

La présidentielle, scrutin le plus en vue, se transforme en un duel présidentiel et un choc des générations, dans un Ouganda où trois quarts de la population a moins de 30 ans. D'un côté M. Museveni, 76 ans, au pouvoir depuis 1986, semble largement favori. L'ex-guérillero compte ouvertement les jours qui le séparent de la "victoire". 

En face, Bobi Wine a capitalisé sur sa popularité auprès des jeunes urbains et s'est imposé comme le principal rival du président Museveni, au sein d'une opposition divisée face au Mouvement de résistance nationale (NRM), l'hégémonique parti au pouvoir.