Lomé : Agbéyomé Kodjo reste dans les locaux de la gendarmérie | Afrique | DW | 23.04.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Lomé : Agbéyomé Kodjo reste dans les locaux de la gendarmérie

Les avocats de l'opposant togolais, arrivé deuxième à la présidentielle de février, dénoncent une interpellation brutale, d'une violence inouïe d'Agbéyomé Kodjo.

Écouter l'audio 01:07

Agbéyomé Kodjo reste dans les  locaux du Service central de recherches et d'investigations criminelles (SCRIC) de la gendarmerie. 

L'opposant togolais, arrivé deuxième à la présidentielle de février, a été arrêté à son domicile mardi. Il est reproché à Agbéyomé Kodjo d'avoir refusé de se présenter à la gendarmerie, qui l'avait convoqué  pour la troisème fois.

>>>>>Togo: Agbéyomé Kodjo perd son immunité parlementaire

Mais selon les avocats de l'opposant togolais, Agbéyomé Kodjo n'avait pu se présenter aux deux premières convocations les  pour des raisons de "santé".   

Cliquez sur l'image principale (ci-dessus) pour écouter Me Atsou Darius, l'un des avocats d'Agbéyomé Kodjo.

Mgr Philippe Kpodzro, archevêque émérite de Lomé.

Mgr Philippe Kpodzro, archevêque émérite de Lomé.

Par ailleurs, l’archevêque émérite de Lomé, Mgr Philippe Fanoko Kpodzro a été longuement interrogé mercredi par le Service central de renseignements et d’investigations criminelles  dans la même affaire. 

L’archevêque émérite de Lomé a pu regagner son domicile en début de soirée. 

A lire aussi : Au Togo, les raisons de la faible mobilisation pour Agbéyomé Kodjo

Agbéyomé Kodjo avait obtenu 19,46% des suffrages exprimés à la présidentielle du 22 février, contre 70,78% pour le sortant Faure Gnassingbé, selon les résultats officiels.

L'opposant avait formulé un recours en justice, rejeté début mars, par la Cour constitutionnelle qui a validé le scrutin.