L′Irak abandonnée à son (triste) sort | Vu d′Allemagne | DW | 16.12.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

L'Irak abandonnée à son (triste) sort

Deux sujets font la Une, ce vendredi: le retrait des derniers soldats américains d'Irak et la condamnation de l'ancien président français Jacques Chirac pour détournements de fonds publics lorsqu'il était maire de Paris.

The US flag, Iraq flag, and the US Forces Iraq colors are seen before they are carried in during ceremonies marking the end of US military mission, Thursday, Dec., 15, 2011 in Baghdad, Iraq. (Foto:Pablo Martinez Monsivais, Pool/AP/dapd)

Cérémonie officielle du retrait des troupes américaines à Bagdad

La Frankfurter Allgemeine Zeitung s'interroge : Barack Obama lui-même aurait-il pu s'imaginer un jour se réjouir que l'intervention américaine en Irak a permis de montrer le chemin de la démocratie au monde arabe ? Auparavant critique, Obama a dû endosser le costume de président américain et souligner les bienfaits de cette intervention militaire. Mais en réalité, note le journal, le pays que les Américains laissent derrière eux est faible et instable. La F.A.Z. poursuit que Washington va malgré tout continuer à soutenir Bagdad, pour garder un pied dans la région… et mieux contrer Téhéran !

Die tageszeitung est tout aussi pessimiste sur l'avenir de l'Irak. Les milices sont plus puissantes que l'armée, les attentats sont le lot quotidien des Irakiens, et une guerre civile pourrait exploser entre chiites et sunnites. Avec plus de 100 000 morts Irakiens, 4500 soldats américains tombés au combat et un milliard de dollars, l'intervention militaire a été une catastrophe, poursuit die taz. Le quotidien va même jusqu'à dire que le printemps arabe aurait surgi bien plus tôt, sans cette guerre, car ces dernières années, les dictateurs arabes ont pu faire du chantage à leurs peuples en leur demandant : « est-ce vraiment une démocratie à l'irakienne que vous souhaitez ? »

ARCHIV/FILE: French President Jacques Chirac reacts during a news conference at the end of the European Head of States council at Brussels Friday 17 June 2005. A crucial EU summit in Brussels where europeÒs leaders are confronted with two burning issues; the future of the EU constitution and a battle over EU budgets. EPA/THIERRY CHESNOT FRANCE OUT +++(c) dpa - Report+++

L'ancien président français Jacques Chirac, un bilan entâché par des affaires de corruption

La justice triomphe

Die tageszeitung consacre un autre éditorial à la condamnation de Jacques Chirac à deux ans de prison avec sursis pour détournements de fonds publics. C'est la fin d'un désastre judiciaire, se félicite le journal. Car il a fallu attendre 2007, et la fin de l'immunité judiciaire de l'ancien président pour pouvoir ouvrir un procès sur des faits qui remontent aux années 90. Il reste que c'est une petite victoire pour la justice, et ce, malgré les pressions politiques. Une victoire du combat contre la corruption, le clientélisme et le népotisme, se félicite die taz.

Die Welt se veut plus nuancée. Certes, la culture du financement occulte à la française vient d'être condamnée, et c'est une bonne chose. Mais le poste de chef d'Etat est endommagé. Ce procès a mis mal à l'aise toute la classe politique française, la droite de Jacques Chirac mais aussi la gauche. Car François Mitterrand n'a pas fait mieux, rappelle Die Welt.

Auteur : Cécile Leclerc
Edition : Mireille Dronne

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !