Liberté provisoire de Jean-Pierre Bemba, les Kinois s′interrogent | Afrique | DW | 13.06.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Liberté provisoire de Jean-Pierre Bemba, les Kinois s'interrogent

A Kinshasa ses partisans ont accueilli avec joie la décision de la CPI. Mais cette liberté provisoire suscite certaines interrogations auprès de quelques congolais.

Écouter l'audio 02:07
Now live
02:07 min

"Je pense que le temps qu’il a passé en prison lui a donné une certaine éducation"Joseph Kokonyangi

A Kinshasa, le souhait pour la plupart des partisans de Jean-Pierre Bemba, est qu’il puisse rentrer au pays pour se lancer dans l’arène politique en vue de la présidentielle  prévue le 23 décembre prochain. Cet acquittement qui intervient après 10 ans de prison suscite néanmoins certaines interrogations auprès de quelques Kinois rencontrés  dans les rues de Kinshasa "Je pense que c’est une bonne nouvelle pour notre compatriote, c’est  bon pour sa famille c’est bon pour son pays. Par contre ça vaut la peine de se demander si les pays africains doivent continuer à faire confiance à cette Cour pénale internationale?"

Pour certains, cette libération est une victoire "Nous savions tous que Jean-Pierre Bemba était innocent  par rapport à tout ce qu’on lui reprochait en RCA."

"En tant que congolais, on ne peut que se réjouir. Un des nôtres est libre. Mais la plus grande question que nous  devons  poser à la CPI, pas seulement nous congolais mais tous les africains, pourquoi attendre dix ans ?", se demande aussi ce citoyen congolais.

L'opposition en fête 

Au plan politique, l’opposition se dit satisfaite de la libération conditionnelle de Jean-Pierre Bemba.  "Nous l’avons toujours dit que l’affaire Bemba c’est une somme de dérives d’instrumentalisation de la justice et ce procès ne respectait pas les règles de l’équité", dit Jacques Djoli, Sénateur de l’opposition et inspecteur général du MLC, le Mouvement pour la libération du Congo. Le MLC qui organise cet après-midi du13 juin une messe en l’honneur de son leader. 

La majorité présidentielle reste serein

Du côté  de la majorité présidentielle l’on estime que Bemba peut revenir au pays quand il veut. "Si aujourd’hui la CPI pense que Jean-Pierre Bemba Gombo n’a pas de faute, qu’il peut être acquitté  c’est une fierté nationale, il peut être accueilli. Je pense que tout le temps qu’il a passé en prison lui a donné une certaine éducation", confie Joseph Kokonyangi secrétaire général adjoint de la mouvence présidentielle.

Toutefois, Jean-Pierre Bemba n'a pas encore fini avec la CPI. Il a rendez-vous le 4 juillet devant les juges, dans l’affaire de subornation de témoins.

 

 

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !