L′Europe a un tandem dans son moteur | Vu d′Allemagne | DW | 17.08.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

L'Europe a un tandem dans son moteur

On parle beaucoup de la crise de la dette dans les journaux allemands, au lendemain de la rencontre entre Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, à Paris. Une rencontre dont les résultats sont jugés plutôt positifs.

default

Les dirigeants allemand et français à Paris, le 16 août

Le moteur franco-allemand fonctionne, se réjouit le Tagesspiegel. Et le journal va même au-delà, en affirmant : cela peut sembler théâtral mais les annonces faites par Merkel et Sarkozy au terme de leurs discussions constituent le premier jalon d'une politique économique et financière qui ait été posé depuis l'introduction de l'euro. On peut juste espérer que Merkel et Sarkozy n'ont pas sorti leur dispositif comme un lapin de leur chapeau mais qu'ils se sont auparavant concertés avec les chefs de gouvernement à Madrid, Rome, La Haye et Lisbonne.

Zerfallender Euro und EU Fahne

Face à la crise de confiance qui frappe l'Europe, Paris et Berlin parient sur plus de coordination

Pour Die Welt, Paris et Berlin se battent ensemble pour l'Europe. La pression poussant Merkel et Sarkozy à présenter un dispositif détaillé était grande mais ils ont réussi à le faire. Avant la rencontre, un porte-parole du gouvernement allemand avait dit qu'il ne fallait rien attendre de spectaculaire de ce sommet. Le caractère concret des projets annoncés par Merkel et Sarkozy afin d'améliorer la coordination au sein de la zone euro n'en est que plus surprenant, insiste le quotidien.

Jordanien König Abdullah II Amman Verfassung

Le roi Abdallah II a évoqué dimanche une réforme historique

La Süddeutsche Zeitung s'intéresse à la Jordanie, où une réforme constitutionnelle a été promise cette semaine. Le roi de Jordanie joue les équilibristes sur une crête bien étroite, constate le journal : si la politique de réforme annoncée introduit une trop forte dose de démocratie, alors il peut mécontenter les Saoudiens. Et Riyad est l'un des plus importants financeurs de la pauvre monarchie jordanienne, qui ne dispose ni de pétrole, ni de beaucoup d'eau.

Mais si la démocratisation se révèle un simple vernis, alors le roi Abdallah prend le risque de voir pousser des ailes au mouvement de protestation. Pour la première fois, le mois dernier, des manifestants islamistes se sont unis aux syndicats pour lancer cet appel : « Nous sommes des citoyens, pas des sujets ! » Un ton nouveau dans un pays où personne jusqu'à présent ne remettait en question la monarchie.

Auteur : Sébastien Martineau
Edition : Sandrine Blanchard

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !