Les Tunisiens ont voté | Afrique | DW | 15.09.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Les Tunisiens ont voté

Les Tunisiens étaient appelés aux urnes dimanche pour élire leur prochain président. Environ 70.000 membres des forces de sécurité ont été mobilisés pour cette élection.

Tunesien | Präsidentschaftswahlkampf | Wahlplakate in Tunis (imago images/Xinhua/A. Wzzine)

Vingt-six candidats sont en lice ce dimanche 15 septembre

Au total 26 candidats sont en lice pour cette présidentielle et il est difficile de prévoir un quelconque résultat pour le premier tour. La mobilisation est très variable entre la classe moyenne, qui redoute l'élection d'un candidat populiste en prison, et les quartiers les plus défavorisés où l'intérêt n'est pas grand pour ce vote. 

A Tunis, à l'épicerie du coin, Asma, fonctionnaire à quelque mois de la retraite, lance à la cantonade : "Ceux qui risquent de prendre le pouvoir vont nous faire souffrir, ils vont nous ruiner !" Et d'interroger en plaisantant : "Que voulez-vous? Donner mon pays à un candidat en exil comme Slim Riahi ? Ou bien à l'autre, qui est … en prison". Celui qui est en prison c'est Nabil Karoui, enfermé pour évasion fiscale et blanchiment d'argent. Le candidat est un des favoris pour la présidentielle de dimanche. Il s'est fait une solide réputation dans les quartiers populaires en se mettant en scène comme un bienfaiteur.

Tunesien | Präsidentschaftskandidat Nabil Karoui festgenommen (Reuters/Z. Souissi)

La justice a confirmé vendredi le maintien en détention de Nabil Karoui

"Bouger le pays"

Mais dans ce quartier classe moyenne de la Marsa, la montée d'un populiste provoque une certaine inquiétude. Asma a choisi un profil opposé : Mohamed Abbou, un chantre de la lutte contre la corruption. "Il ne va pas se mettre à voler au palais de Carthage", estime-t-il. "J'attends d'un président qu'il soit jeune et actif, qu'il bouge dans le pays, qu'il cherche des crédits, remette le phosphate en marche". Asma raconte la poste restée une semaine sans fonctionner. "J'aurais trouvé d'autres personnes pour tenir les guichets. Pour moi ça sera Abbou ou rien, je pense que ca sera lui".

Chômage

A 30 kilomètres de là, au sud de la ville de Tunis, les voisins et amis de ce quartier populaire se retrouvent et discutent du championnat de foot qui commence et du chômage qui persiste. "J'ai cherché du boulot mais je n'ai rien trouvé, rien", raconte Ahmed, 18 ans. Il avait dix ans au moment de la révolution. Mais il ne votera pas cette année. Ici les élections ne sont pas l'objet de discussion principale. "Pour qui je vais voter… Je ne connais personne, je ne vais pas voter pour un inconnu quand même", explique Ahmed.

Les Tunisiens de l'étranger, pour leur part, ont déjà commencé à voter vendredi.  

Des milliers d'observateurs ont été déployés par les partis et des institutions internationales dans les bureaux de vote, qui ont fermé  à 18h00 (17h00 GMT).

A la mi-journée, le taux de participation tournait autour de 30% de votants. Les premières estimations sont attendues dans la nuit de dimanche à lundi. Les premiers résultats, eux, ne seront annoncés que mardi.