Les premiers pas vers la Réunification allemande | Allemagne | DW | 23.08.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Les premiers pas vers la Réunification allemande

En 1990, les politiques travaillent à une nouvelle architecture du continent européen. Une étape importante : le 23 août 1990, le "Oui" à la Réunification de la Chambre du Peuple, le Parlement de RDA.

default

Helmut Kohl, le chancelier de la Réunification, en campagne en RDA pour les législatives de mars 1990

« Le Parlement vient de décider, ni plus ni moins, la fin de la RDA."

C'est un Gregor Gysi, plutôt dépité, qui le dit en ce 23 août 1990. Gregor Gysi préside alors le groupe parlementaire du PDS, le parti qui a succédé au SED, le parti communiste est-allemand. Pendant près de quarante ans, la Chambre du peuple était un semblant de Parlement inféodé à la dictature du SED.

Mais quelques mois auparavant, il y avait eu, pour la première fois depuis 1949, des élections législatives libres en RDA. Et en ces jours d'été 1990, les députés appellent au rattachement de l'Allemagne de l'Est à la RFA, à l'Ouest.

Le feu vert de l'Union soviétique

Il avait fallu auparavant le feu vert de Moscou, qui était intervenu en février 1990, après un entretien entre Helmut Kohl le chancelier ouest-allemand de l'époque, et Mikhaïl Gorbatchev, l'homme fort soviétique. Helmut Kohl :

« J'ai ce soir un unique message à transmettre à tous les Allemands : le secrétaire-général Mikhaïl Gorbatchev et moi-même sommes d'avis que la Réunification allemande est une affaire qui ne peut être décidée que par les seuls Allemands. »

Währungsunion DDR D Mark DM Umtausch Sparkasse Bank

Le 1er juillet 1990, un mark de l'Est équivaut à un D-Mark de l'Ouest

Arrivé au pouvoir en mars 1985, Mikhaïl Gorbatchev avait bien tenté de sauver un système soviétique figé et menacé d'asphyxie. Mais il encourage vite une certaine liberté d'expression - la "Glasnost" - et la restructuration d'une machine économique à l'agonie - la "Perestroika". Deux termes qui font chavirer le monde, et que reprennent à leur compte une grande partie des députés est-allemands.

La Perestroïka fait chavirer le monde

Seulement voilà, tout le monde n'est pas d'accord en cet été 1990. Comme le rappelle Lothar de Maizière, alors Premier ministre de RDA :

« Le vice-président Wolfgang Ullmann est venu m'annoncer qu'il se rendait de ce pas au bureau du procureur général de la RDA. Il voulait porter plainte contre moi pour haute trahison ! Et puis il y a eu la réunion de la présidence de la Chambre. C'est Reinhard Höppner du parti socialiste qui dirigeait la séance. Lui aussi est venu me trouver pour me demander si je ne renonçais pas à ma motion. Je lui ai répondu que je ne déposais pas de motion à la Chambre du peuple pour la retirer l'instant d'après. »

Motion acceptée finalement, qui aboutit à la Réunification allemande, le 3 octobre 1990.

Auteurs : Carine Debrabandère, Matthias von Hellfeld
Edition : Marie-Ange Pioerron