Les observateurs de l′ONU à pied d′oeuvre en Syrie | International | DW | 16.04.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Les observateurs de l'ONU à pied d'oeuvre en Syrie

Cette mission votée par le Conseil de sécurité de l'ONU comporte des risques, car les six observateurs ne sont pas armés. Or sur le terrain les violences se poursuivent.

Les observateurs de l'ONU arrivent en Syrie pour une mission difficile

Les observateurs de l'ONU arrivent en Syrie pour une mission difficile

 

Les autorités syriennes doivent garantir la sécurité des observateurs de l'ONU

Les autorités syriennes doivent garantir la sécurité des observateurs de l'ONU

Un cessez-le-feu fragile, des observateurs non armés qui doivent se rendre dans les différentes villes du pays et un Président bien décidé à garder la main : les ingrédients pour réussir une mission de paix semblent assez maigres. Concrètement, le Conseil de sécurité a autorisé à l'unanimité le déploiement de 30 observateurs et cela en application de la résolution 2042. Six d'entre eux sont déjà arrivés sur le terrain. Ils  vont d'abord établir "un quartier général opérationnel" à Damas d'après un porte-parole de l'ONU. Et c'est ensuite, après avoir expliqué au gouvernement et à l'opposition leur mission, qu'ils se rendront dans d'autres villes. D'autres observateurs doivent arriver dans la journée. La résolution de l'ONU stipule que Damas garantit leur sécurité.

Un cessez-le-feu fragile

Malgré le cessez-le-feu, les bombardements se poursuivent sur la ville de Homs, foyer de la résistance

Malgré le cessez-le-feu, les bombardements se poursuivent sur la ville de Homs, foyer de la résistance

Officiellement la Syrie a d'ailleurs approuvé cette mission. Elle affirme que la mission d'observation permetta de "voir ce qui se passe réellement sur le terrain", d'après les termes de l'agence officielle Sana. Mais tout est dans l'interprétation : car si la télévision officielle relate bien les violences signalées par les militants, elle a fait savoir que les autorités syriennes sont bien décidées à faire cesser les attaques de ceux qu'elle continue d'appeler des "terroristes". Il faut aussi signaler que le cessez-le-feu entré en vigueur jeudi a  bien fait baisser le nombre de victimes quotidiennes - elles atteignaient une centaine dans les jours précédents -, mais on est loin d'un véritable apaisement. Les bombardements se poursuivent sur Homs, deux civils ont été tués à Hama et à Idleb, grand ville du nord-ouest, les combats font rage. A cela s'ajoute l'arrestation de 42 manifestants devant le Parlement à Damas. Bref  tout cela pourrait augurer au contraire d'une reprise généralisée des combats, d'autant que les chars ne se sont pas retirés des villes. Au plan diplomatique, une réunion du comité ministériel arabe sur la Syrie se réunira mardi au Qatar. Mais le secrétaire général de  l'Onu Ban Ki Moon a de bonnes raisons de s'inquiéter...

Auteur : Elisabeth Cadot
Edition : Aude Gensbittel

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !