Les Nigériens élisent leur nouveau président | Afrique | DW | 27.12.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Les Nigériens élisent leur nouveau président

Avec le départ du président Issoufou, le Niger donne un exemple de démocratie mais les arrestations et l'éviction d'un opposant nuancent le tableau.

Une femme qui vote au Niger.

Les électeurs doivent départager trente candidats, dont Mohamed Bazoum, dauphin désigné du président Issoufou.

Plus de sept millions de Nigériens doivent élire un nouveau président ce 27 décembre, pour renouveler le parlement et élire un nouveau président après les deux mandats constitutionnels de Issoufou Mahamadou. 

>>>Cliquez sur l'image suivante pour écouter le jeune candidat à la l'élection présidentielle, Ibrahim Gado ►

Écouter l'audio 03:19

"Nous avons besoin d'un renouveau démocratique" (Ibrahim Gado, candidat)

Pour la présidentielle, à laquelle l'actuel chef de l'Etat Mahamadou Issoufou ne se représente pas, trente candidats sont en lice, dont Mohamed Bazoum, dauphin désigné du président. L'ancien ministre de l'Intérieur et des Affaires étrangères est considéré comme un homme clé du pouvoir sous la présidence de Mahamadou Issoufou. 

Le Président nigérien, Mahamadou Issoufou

Contrairement aux présidents Condé et Ouattara, Mahamadou Issoufou n'a pas contourné la règle des deux mandats.

Le Niger, pays marqué par de nombreux coups d'Etat, n'a jamais vu deux présidents élus se succéder depuis l'indépendance en 1960. La décision d'Issoufou de se retirer volontairement est une première pour le pays, et presque une exception en Afrique. 

Si la décision d'Issoufou a été globalement saluée dans son pays comme à l'étranger, des adversaires restent sceptiques, dénonçant la permanence au pouvoir de son parti.

>>>Niger : c'est parti pour la course au fauteuil présidentiel

Les zones d'ombres 

L'ancien Premier ministre et ancien président du Parlement, Hama Amadou, considéré comme un sérieux challenger, a été écarté de la course par la Cour constitutionnelle en raison de sa condamnation en 2017 à un an de prison dans une affaire de trafic de bébés.

Hama Amadou qui a appelé ses militant à voter pour l'ex-président du Niger, Mahamane Ousmane, a qualifié sa condamnation de politique mais le pouvoir rétorque que la justice, qui a condamné une vingtaine de personnes dans cette affaire, a fait son travail de manière indépendante.

L'ex-Premier ministre et président de l'Assemblée nationale, Hama Amadou

L'ex-Premier ministre et président de l'Assemblée nationale Hama Amadou exclu de l'élection présidentielle.

Les arrestations fréquentes de membres de la société civile constituent un autre point d'ombre des dix ans de Mahamadou Issoufou. Si ceux-ci sont régulièrement remis en liberté après quelques jours ou mois, il y a comme une épée de Damoclès au-dessus des activistes.

"Pour nous c'est malheureux qu'Issoufou, en qui on avait cru, se soit comporté ainsi. Pour nous c'était le démocrate modèle mais dans la pratique... Il n'y a jamais eu autant d'arrestations d'acteurs de la société et politiques. Mêmes les précédents présidents militaires, comme Mamadou Tandja n'en ont pas fait autant en matière de déni de justice et d'interdictions de manifestations", déclare  Ali Idrissa, figure de la société civile nigérienne.

>>> Après sa libération, Ali Idrissa, combatif, accueilli à Niamey

L'ONG Reporters sans frontières avait déploré en juillet "un grave recul" de la liberté de la presse au Niger, après deux arrestations de journalistes en raison de leurs publications sur l'épineuse affaire des surfacturations d'achats d'équipements militaires.

Défis à relever par le futur président

Le vainqueur de l'élection présidentielle devra relever cinq grands défis liés aux violences jihadistes, la montée de l'islamisme fondamentaliste, la pauvreté, la démographie galopante et la corruption.

L'attaque sanglante qui a fait 34 morts à Toumour le 12 décembre rappelle que le Niger est sous la menace constante de la secte nigeriane Boko Haram à l'Est et d'autres groupes jihadistes sahéliens à l'Ouest. 

Selon l'ONU "le nombre de victimes civiles en 2019 a été le plus élevé jamais enregistré depuis le début de la crise sécuritaire en 2015, avec plus de 250 morts et plus de 250 enlèvements."

Les attaques terroristes ont un impact négatif  sur l'économie, avec des dépenses d'armement qui représentent 20% du budget de l'Etat et une activité rendue difficile dans certaines zones.

L'armée nigerienne veut doubler ses effectifs en dépit de la présence des bases française et américaine pour lutter contre les jihadistes. De sources concordantes, quelque 260 écoles sont fermées dans les zones d'insécurité. 

De nombreux électeurs vivant dans des zones affectées par les attaques jihadistes qui frappent depuis 2015 l'Ouest et le Sud-Est du pays n'ont pas pu être enregistrés, selon la Céni.

Les membres de la famille du guide tué avec six travailleurs humanitaires français et leur chauffeur par des hommes armés.

Les membres de la famille du guide tué avec six travailleurs humanitaires français et leur chauffeur par des hommes armés.

Un pays à 98% musulman mais...

Le Niger, dans sa grande majorité pratique l'islam malékite, le plus répandu en Afrique de l'Ouest, réputé plus tolérant que le wahhabisme.

Il existe cependant de fortes pressions pour en faire une République islamique alors que la religion déborde de plus en plus sur l'espace public avec des rues occupées par les fidèles ou l'arrêt des cours à l'heure de la prière.

Selon El Hadj Maman Sani, imam d'une mosquée de Niamey "le port du voile quasi généralisé chez les femmes et la construction incontrôlée d'écoles coraniques et des mosquées se poursuivent à vitesse grand V."

...le wahhabisme gagne en influence

Le Niger enregistre une radicalisation inquiétante. En juin 2019, une église a été incendiée à Maradi, dans le centre sud, après le vote d'une loi régissant l'exercice du culte. 

"Dans la région de Diffa, les jeunes réclament une application stricte de la charia, ils fustigent l'interdiction du mariage des jeunes filles et leur scolarisation, défiant ainsi l'autorité de l'Etat", explique Bello Adamou Mahamadou, chercheur au Laboratoire ouest-africain de sciences sociales. Celui-ci estime que la pauvreté pousse de nombreux jeunes vers les groupes jihadistes.

>>> Diffa, une région meurtrie par des attaques armées

Une situation aggravée par la Covid-19. Le Niger avait affiché en 2019 une croissance économique "robuste de 6,3 %", mais elle devrait baisser à +4,1% en 2020 en raison de la pandémie. Près d'1/5e de la population a besoin d'aide humanitaire.

En 2018, le Niger était classé 227e sur 228 sur l'Indice de développement humain de l'ONU.

Le scandale des surfacturations

Portant sur des dizaines de millions d'euros, ces surfacrurations avaient été découvertes après un audit à la demande du président Issoufou. Un scandale qui rappelle que le pays est gangréné par la corruption même si depuis 2011, le Niger a gagné une quarantaine de place à l'indice Doing Business de la Banque mondiale. Mais le pays ne pointe qu'au 132e rang sur 190 pays. Il est 120e sur 198 à l'indice de l'ONG Transparency international.

Les attentats terroristes secouent l'armée nigerienne confrontée à des incursions de groupes armés.

Les attentats terroristes secouent l'armée nigerienne confrontée à des incursions de groupes armés.

Une population galopante

Avec 7,6 enfants par femme, le Niger détient le record mondial de fécondité. On estime que la population passera de 23 millions aujourd'hui à plus de 70 millions en 2050. 

"La démographie peut être un avantage à condition de réussir la transition", estime l'universitaire et ancien ministre Chérif Chako qui dit que le Niger est à un moment crucial. "La meilleure éducation est la formation des femmes pour diminuer la fécondité", dit-il. 

Les autres axes de travail sont : l'amélioration des circuits financiers, notamment le micro-crédit, et changement des mentalités, souligne-t-il.

>>>Au Niger, les femmes rurales ne sont pas toutes logées à la même enseigne

La croissance, les infrastructures réalisées ou le nombre de professeurs engagés, même s'ils augmentent en valeur absolue, seront toujours insuffisants sans transition démographique.