Les musulmans soufis manifestent contre l′influence des salafistes à Dakar | Afrique | DW | 23.08.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Les musulmans soufis manifestent contre l'influence des salafistes à Dakar

Des croyants dénoncent des attaques contre des icônes religieuses du pays. Ils interpellent le ministère de l'intérieur et en appellent au Parlement.

Écouter l'audio 02:12

Reportage à Dakar

Au Sénégal, les musulmans soufis ont manifesté contre l'influence des salafistes ce vendredi. À l'origine de la protestion : des injures qui auraient été adressées à des icônes religieuses du pays, via les réseaux sociaux notamment. À Dakar, dans les rues, les protestataires souhaitaient avertir les autorités sur ce qu'ils considèrent comme une menace et ils réclament des lois contre les salafistes qui, selon eux, cherchent à déstabiliser le pays. 

La stabilité de l'Etat menacée ?

Ce vendredi ils étaient donc des centaines dans les rues de Dakar. Marche approuvée par Serigne Masou Cissé, journaliste et écrivain. "Le ver est dans le fruit et quand je dis que le ver est dans le fruit, c’est parce qu’il y a des gens qui se réclament de l’Islam et qui s’attaquent aux musulmans", expliquait-il"Ce sont ces gens qu’il faudra dénoncer, pour leur dire que l’Islam est une religion de paix. Donc je suis tout à fait d’accord qu’on organise une marche pacifique" 

Chez les religieux, la colère se fait sentir aussi. "Pourquoi ces étudiants qui étaient en Arabie Saoudite, qui ont appris quelque part l’Islam, sont revenus dans notre pays pour insulter nos références, nos guides religieux ?", interroge Maodo Malick, prêcheur dans une télévision privée locale. Il fustige les attaques contre les icônes religieuses sénégalaises "Ça pose un problème, ça peut même menacer la stabilité de l’Etat sénégalais."

Appel aux autorités

Les initiateurs de cette marche craignent des troubles sociaux au Sénégal suite à ces attaques. Mame Makhtar Gueye, le président de l’ONG islamique Jamra, dit vouloir alerter les autorités politiques. "Vous savez très bien qu’au nord et au centre du Mali, c’est parti comme ça. Ils avaient poussé le bouchon jusqu’à détruire des mausolées d’hommes saints", dit-il. "La conséquence est que ça s’est traduit par des confrontations ethniques. Nous avons donc décidé aujourd’hui d’alerter pour que les autorités prennent leurs responsabilités."

Pour certains observateurs, ces injures contre des religieux soufis ont pour objectif de créer des tensions entre confréries. "Ils ont tenté par tous les moyens d’infiltrer notre pays, d’infiltrer les mosquées, d’infiltrer les confréries pour déstabiliser notre pays", estime Serigne Mbacke Ndiaye. ancien ministre, porte-parole d’Abdoulaye Wade. "Ils n’ont pas réussi au moment où nous parlons parce que les forces de sécurité et de défense sont vigilantes. Maintenant, ils veulent essayer par d’autres moyens, par d’autres voies de déstabiliser notre pays mais ça ne marchera pas."

Certains Sénégalais redoutent une confusion qui peut déboucher sur des confrontations entre musulmans. Un mémorandum a été déposé au ministère de l’Intérieur. Les protestataires vont aussi demander au parlement sénégalais de légiférer pour sanctionner ceux qu’ils considèrent comme des fossoyeurs de la paix sociale au Sénégal. 

Audios et vidéos sur le sujet