Les jeunes en Algérie rejettent le dialogue national proposé | Afrique | DW | 14.03.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Les jeunes en Algérie rejettent le dialogue national proposé

Encouragée par ses acquis, la jeunesse entend maintenir la pression jusqu'au départ du pouvoir Bouteflika qui propose pourtant un dialogue national. Or ce dialogue est refusé par les jeunes manifestants. Interview

Écouter l'audio 02:16

Rabah Menssous : "Forum ou conférence nationale, c'est complètement refusé par le peuple algérien"

En Algérie, le pouvoir doit encore convaincre. L'annonce du report de l'élection présidentielle et surtout d'un dialogue national ne calme pas la colère de la rue.

Mercredi (13 mars), le nouveau ministre des Affaires étrangères et vice-Premier ministre Ramtane Lamamra a essayé pourtant d'expliquer que le président algérien n'avait pas reporté la présidentielle pour rester au pouvoir mais parce que le scrutin était source de "division" des Algériens. Sans donner de date, Le ministre fraîchement nommé a souhaité, lors d'un entretien à la radio nationale, que la conférence nationale annoncée commence ses travaux "le plus tôt possible" et les termine "dans les meilleurs délais".

Dans le message attribué au président Abdelaziz Bouteflika à son retour de Suisse et présenté à la télévision nationale, il est annoncé que les nouvelles générations prendraient les rênes de ce pays potentiellement riche.

 

Crise de confiance

Mais Rabah Menssous, jeune ingénieur algérien ne croit pas à la sincérité de ces annonces. Il dénonce "une mafia qui s'accapare des richesses du pays, des moyens de production et du champ médiatique" et qui entoure le président Abdelaziz Bouteflika. "Moi j'ai fait l'université, je suis ingénieur en génie civil, un domaine où la corruption est la seule constante qui existe. Il faut faire partie de ce cercle mafieux pour avoir un projet", explique-t-il déçu.

Concernant le dialogue national, "c'est une énième mascarade" s'exclame-t-il encore. Rabah Menssous dit vouloir aller manifester encore ce vendredi (15.03.), le quatrième consécutif depuis le début des manifestations, pour cette fois demander le "départ immédiat" du système.

Pour écouter l'interview de Rabah Menssous, cliquez sur l'image principale de cet article.

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !