Les humanitaires de nouveau indésirables en Somalie | Afrique | DW | 31.01.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Les humanitaires de nouveau indésirables en Somalie

Le groupe rebelle El Shebab a ordonné au Comité international de la Croix-Rouge de cesser toutes ses activités dans les territoires qu'il contrôle. Mais seuls les civils déjà sinistrés risquent d'en souffrir.

Nouvelles menaces sur la distribution de l'aide humanitaire en Somalie

Nouvelles menaces sur la distribution d'aide humanitaire

Le groupe d'insurgés El Shebab a expliqué dans un communiqué que le CICR avait trahi sa confiance en distribuant de la nourriture avariée. Il a d'ailleurs brûlé près de deux mille mètres cubes de rations qu'il estimait périmées. El Shebab indique aussi que l'ONG l'a accusé à tort d'entraver ses distributions alimentaires. Le CICR est l'une des rares organisations opérant dans les zones sud et centre contrôlées par les insurgés. Abass Gulleit, directeur de la Croix-Rouge kényane, s'inquiète pour les populations sinitrées par la guerre civile :

El Shebab cherche à renverser le gouvernement transitoire somalien pour instaurer la loi islamique

El Shebab cherche à renverser le gouvernement transitoire somalien pour instaurer la loi islamique

« Cette situation aura de graves impacts parce que ce sont les pauvres populations somaliennes qui vont souffrir et qui vont être les perdantes. Ce ne seront pas les shebabs eux-mêmes, ce ne sera pas le CICR non plus. Mais ce qu'il faut savoir est que la situation humanitaire en Somalie est toujours critique. Donc mon espoir est que les leaders d'El Shebab ou toute autre milice contrôlant une partie du territoire laissent la Croix-Rouge somalienne et le CICR faire leur travail ».

Les humanitaires, cible habituelle des insurgés somaliens

La famine dans la corne de l'Afrique est aggravée par l'insécurité dans la région

La famine dans la corne de l'Afrique est aggravée par l'insécurité dans la région

En 2009, El Shebab avait déjà pris une décision similaire à l'encontre de seize organisations non-gouvernementales étrangères. Les conséquences sont d'autant plus graves que l'ONU peine à mobiliser des fonds supplémentaires pour consolider son aide humanitaire, comme l'a indiqué le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans une interview exclusive accordée au service ahmarique de la Deutsche Welle :

« Notre alerte reste en vigueur car il nous manque toujours de l'assistance. Notre appel au don ne s'est pas encore traduit en ressources financières concrètes. Il y a encore quatre millions de sans-abri, 250.000 personnes sont toujours frappées par l'extrême pauvreté. Nous avons un besoin urgent d'aide supplémentaire et je voudrais saisir cette occasion pour exhorter les gros donateurs à augmenter leur soutien. »

Outre la distribution de l'aide alimentaire, le CICR fournit aussi de l'eau et des soins de santé dans des zones troublées de la Somalie.

Auteur : Fréjus Quenum
Edition : Georges Ibrahim Tounkara

Sur le même sujet

La rédaction vous recommande