Les hostilités se poursuivent entre Israël et le Hamas | International | DW | 09.08.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Les hostilités se poursuivent entre Israël et le Hamas

Ces derniers jours, de nouveaux tirs ont été échangés entre l'armée israélienne et les militants palestiniens du Hamas dans la Bande de Gaza. Retour sur cinq mois particulièrement meurtriers.

Plusieurs centaines de personnes ont assisté aujourd'hui aux funérailles d'une jeune femme enceinte et de sa fille âgée de 18 mois, deux des trois Palestiniens tués par des tirs de missiles israéliens dans la Bande de Gaza. Israël répliquait á des tirs de roquettes du Hamas.

Depuis la fin mars, les affrontements ont repris de plus belle à Gaza et, même si le Hamas annonce la fin de ses tirs, la tension est à son comble. 

Die israelische Armee führte Luftangriffe auf Gaza durch (picture-alliance)

Raid israélien sur Gaza dans la nuit du 8 août

Chacun rejette la responsabilité sur l'ennemi

L'armée israélienne et le mouvement palestinien du Hamas se font de nouveau face. Pour Fawzi Barhoum, porte-parole du Hamas, c'est l'Etat d'Israël qui a provoqué le regain de violences de ces derniers mois. Il déclare que l'"entière responsabilité de cette escalade, de ces tueries et de ces tirs revient aux Israéliens et à leur politique d'occupation. Et les efforts de médiation sous-régionaux et internationaux devraient tendre à mettre un terme le plus rapidement possible à cette agression et à forcer les occupants à respecter les règles d'une accalmie avec la résistance palestinienne."

L'armée israélienne affirme avoir mené le 7 août des raids contre des sites tenus par le Hamas et lancé une offensive maritime contre des "tunnels utilisés par des terroristes" des Brigades al-Qassam, alliée du Hamas.

Cette version est démentie par des témoins proches des victimes civiles de Gaza, qui assurent avoir été « surpris » par les bombardements de Tsahal, alors « qu'aucun poste militaire ou rien d'autre de ce genre » n'était près de chez eux.

Israel, Tel Aviv: Olivenstrauch (picture-alliance/AP Photo/O. Balilty)

A quand la paix?

"Situation insupportable"

Dans le sud d'Israël, les tirs de roquettes ont blessé sept personnes et semé la panique, comme en témoigne cet habitant de la ville de Sderot, Michael Dahan, qui estime que "la situation est insupportable" et ajoute: "je ne suis pas d'accord avec un cessez-le-feu. Il faut que nous lancions une opération militaire pour restaurer la sécurité de tous les habitants de la zone. Je crois que nous avons la patience et la solidité mentale pour laisser faire à notre armée ce qui est nécessaire."

Israéliens et militants du Hamas mettent en garde contre une reprise d'un conflit ouvert. Ces nouveaux échanges de tirs surviennent alors que l'Egypte tente d'obtenir un cessez-le-feu entre les deux parties, après cinq mois particulièrement meurtriers.

L'élément déclencheur de cette reprise des hostilités à Gaza est la "grande marche du retour", organisée le 30 mars par la société civile palestinienne mais soutenue par les islamistes du Hamas. Aux cocktails Molotov palestiniens, l'armée israélienne réplique à balles réelles et tue 19 Palestiniens.

Israel Palästina UN-Hilfswerk UNRWA in Gaza (picture-alliance/AA/M. Hassona )

Protestations d'employés de l'UNRWA contre les coupes budgétaires

Les blocages de l'administration Trump

Peu après, les Etats-Unis bloquent le projet de déclaration du Conseil de sécurité de l'ONU qui appelle à la retenue et réclame une enquête indépendante. Ils apposent en juin leur véto sur un projet de résolution destiné à protéger les Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie occupée.

Washington réduit aussi drastiquement les financements de l'UNRWA, l'agence onusienne dédiée à l'aide aux réfugiés palestiniens. Cette semaine, des employés de l'UNRWA ont protesté contre les licenciements massifs dans l'agence.

Et c'est l'escalade

Mi-mai, les Palestiniens protestent en masse contre l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem. 62 d'entre eux sont tués et plus de 2.400 autres blessés.

Les heurts se multiplient, les militants gazaouis ont recours à des cerfs-volants incendiaires, contre les soldats postés de l'autre côté de la barrière.

En réponse, le gouvernement israélien bloque les livraisons de gaz et de carburant pour Gaza.

Mi-juin, une résolution est adoptée à l'Assemblée générale de l'ONU qui condamne le recours à la violence de l'Etat hébreu.

Au moins 165 Palestiniens ont été tués depuis mars par des tirs israéliens. Un soldat israélien a été tué par un Palestinien durant une opération de l'armée près de la frontière entre l'enclave de Gaza et le territoire israélien.

Israel Drusen Fahne (Getty Images/AFP/J. Marey)

Le drapeau druze, brandi à Hadar

Controverse sur la loi de l'"Etat-nation du peuple juif"

La loi présentant Israël comme "Etat-nation du peuple juif" a elle aussi provoqué récemment la colère, notamment chez les druzes. Ces ressortissants israéliens sont astreints, comme leurs compatriotes, à servir durant des années au sein de l'armée ou de la police. Sauf qu'ils sont en majorité musulmans. La communauté druze reproche aux autorités israéliennes de les considérer comme des citoyens de seconde zone.

 

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !