Les Etats-Unis interdisent le Boeing 737 Max 8 à contrecoeur | Vu d′Allemagne | DW | 14.03.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Les Etats-Unis interdisent le Boeing 737 Max 8 à contrecoeur

Les Etats-Unis ont été très hésitants à interdire de vol le modèle 737 Max de Boeing après le crash d'Ethiopian Airlines qui a fait 157 morts dimanche. Ce manque de réactivité suscite beaucoup de questions.

L'avion est un moyen de déplacement de plus en plus sûr. "Voilà pourquoi, commente la Frankfurter Allgemeine Zeitung, il est si exceptionnel qu'en moins de six mois deux avions Boeing du même modèle s'écrasent et apparemment dans les mêmes circonstances peu après le décollage." Un autre 737 Max 8 s'était en effet déjà écrasé en Indonésie en octobre 2018, faisant 181 victimes.

S'il faut évidemment accorder le bénéfice du doute à l'avionneur américain, en attendant les résultats des enquêtes, le sens des responsabilités doit conduire à considérer "qu'il ne s'agit pas d'un hasard".

La FAZ questionne ainsi dans son édito la réactivité des autorités américaines qui ont quasiment été les dernières hier soir à décider de clouer ces Boeing Max 8 au sol.

Le crash du Boeing 737 Max 8 d'Ethiopian Airlines a fait 157 morts.

Le crash du Boeing 737 Max 8 d'Ethiopian Airlines a fait 157 morts.

"A ce moment-là, la crédibilité était déjà effritée", alors que les Européens avaient annoncé une telle mesure dès mardi, et les Chinois dès lundi. Dans le même temps, Boeing a simplement publié un communiqué assurant que ses avions étaient sûrs.

"Les voyageurs devraient se demander quelle confiance ils accordent à Boeing et au régulateur américain". Non seulement le chef de Boeing est un très proche de Donald Trump. Mais en plus Boeing mène un intense travail de lobbying et est très lié à l'agence de régulation américaine.

Attention au tout-automatisé

Pour la Tageszeitung, cet épisode doit nous rappeler que "les droits des entreprises ont outre-Atlantique plus de valeur que la protection préventive des consommateurs." Pour le journal de gauche, c'est la preuve que les critiques du projet d'un accord de libre-échange entre les Etats-Unis et l'Union européenne ont raison.

"Le désastre du cas Boeing" pose aussi, selon le Handelsblatt, la question de la limite des nouvelles technologies autonomes quand c'est l'ordinateur qui devient le pilote à bord.

En bleu, les pays où le Boeing 737 Max 8 n'a plus le droit de voler.

En bleu, les pays où le Boeing 737 Max 8 n'a plus le droit de voler.

Le quotidien économique fait le parallèle avec les voitures autonomes. "Le défi pour les constructeurs est énorme", d'autant plus que "la mobilité sur la route est bien plus complexe que dans le ciel. Au-dessus des nuages le trafic est strictement encadré. Impossible qu'un piéton traverse soudainement la voie."

La justice à la place du pardon

Voilà qui nous ramène du ciel sur la terre. Et à l'affaire du Cardinal australien George Pell. L'ancien numéro trois du Vatican a écopé hier de six ans de prison pour pédophilie.

Justice a été rendue, et c'est la preuve pour la Süddeutsche Zeitung que "le temps où le pardon prévalait sur le droit est révolu".

Hasard du calendrier, à 15.000 kilomètres de là, l'Eglise catholique allemande est réunie depuis plusieurs jours pour chercher des réponses aux abus sexuels.

Ce n'est pas trop tôt, estime le quotidien de Munich. En Allemagne, les scandales de pédophilie avaient éclaté au grand jour dans le pays en 2010. Depuis, "beaucoup de victimes attendent toujours des explications et des réparations".

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !