Les enjeux de la présidentielle au Sénégal | Arbre à palabre | DW | 01.02.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Les enjeux de la présidentielle au Sénégal

Cinq candidatures ont été retenues par le Conseil constitutionnel pour le premier tour de l’élection présidentielle sénégalaise, prévu le 24 février. Sous l'Arbre à Palabres, les invités d'Eric Topona débattent des principales questions autour de ce scrutin : le contexte de la campagne électorale, qui démarre dimanche 3 février, les chances de succès des candidats et la crédibilité de l'élection.

Écouter l'audio 37:45

Outre celle du chef de l'Etat sortant Macky Sall, le Conseil constitutionnel a validé les candidatures du député Ousmane Sonko, ancien haut fonctionnaire et figure montante de l'opposition, de l'ex-Premier ministre Idrissa Seck, de Madické Niang, un proche de l'ancien président Abdoulaye Wade (2000-2012), ainsi que du candidat du Parti de l'Unité et du Rassemblement (PUR), El Hadji Sall.

Ont été définitivement écartés les deux principaux opposants de Macky Sall, l'ex-maire de Dakar Khalifa Sall et l'ancien ministre et fils d’Abdoulaye Wade, Karim Wade.


La campagne électorale qui démarre ce dimanche 3 février sera-t-elle pacifique ? Le scrutin lui-même sera-t-il crédible, juste et transparent ? Ou le président sortant, Macky Sall, est-il assuré de l’emporter dès le premier tour, comme il le souhaite ? Quelles sont les chances des autres candidats de l’opposition ?

Autant de questions qui sont au centre du débat sous l’Arbre à Palabres, avec nos trois invités :

- Emmanuel Dupuy, président de l'IPSE (Institut Prospective et Sécurité en Europe)

- Bakary Sambe, directeur du Timbuktu institute

- Annette Lohmann, la représentante résidente de la Fondation Friedrich-Ebert au Sénégal.

Pour écouter l’intégralité du magazine, cliquez sur la photo en haut de l’article.