Les dessous de la visite de Macron au Tchad | Afrique | DW | 24.12.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Les dessous de la visite de Macron au Tchad

Pour l’opposition tchadienne et bon nombre d’observateurs, la visite président français au Tchad vise à chercher l’appui de Deby pour contrecarrer la montée en puissance de la diplomatie Russe en RCA.

Malgré les plaintes de l’opinion nationale et internationale sur les manœuvre de Paris d’utiliser le Tchad pour contrecarrer la diplomatie Russe en Centrafrique, le  sujet n’a pas été abordé en détail lors de la conférence de presse entre le président Deby et son homologue français. Si le président Deby n’a pas du tout évoqué le sujet centrafricain. Son homologue Emmanuel Macron reconnait tout de même que la crise Centrafricaine préoccupe le Tchad et la Centrafrique, mais sans plus de détails.

 "Nos échanges ont permis d’évoquer tout à la fois la relation bilatérale et les sujets régionaux. Sur les relations bilatérales, nous avons d’abord, un axe en matière de sécurité. Au-delà de cela, nous avons  beaucoup discuté  des sujets de gouvernance politique avec le président Deby. Sur les sujets plus régionaux, le président Deby a rappelé en effet, les principaux sujets sur la Libye et la République centrafricaine en particulier avec Moussa Faki Mahamat,président de la commission de l’Union Africaine donc de l’Union A africaine", a annoncé le président français.

La visite d’Emmanuel Macron a été largement critiquée par la société civile, mais aussi par les opposants au régime du président Deby, qui estiment que le président Macron est venu au Tchad chercher le soutien d’Idriss Déby pour contrer l’influence grandissante Russe en République centrafricaine.  Laoukein Kourayo Medard, est le président de la CTPD, la Convention tchadienne pour la paix et le développement, un parti d’opposition.

 "La présence des Russes en République Centrafricaine embarrasse la France. Monsieur Emmanuel Macron vient rendre visite à Idriss Deby Itno afin de lui donner des injonctions pour déstabiliser la République Centrafricaine. Par ce que depuis un certain temps, les troupes de la Séléka se sont regroupés à Sarh, chef-lieu de la Province du Moyen Chari au Sud du Tchad et c’est justement avec la bénédiction de nos dirigeants."  

Laoukein Kourayo Medard affirme que "des centaines de chars ont traversé le Sud du Tchad pour aller au niveau de la frontière centrafricaine. Il faut que la France sache qu’avec cette attitude, elle risque de perdre le Tchad comme elle a perdu le Rwanda, comme elle est en train de perdre la République centrafricaine face aux Russes."

Selon certaines sources, les deux Chefs d’États se sont également appesantis sur la situation sécuritaire au Tchad. Les mêmes sources indiquent que le président français Emmanuel Macron a exprimé son soutien total au président Deby, dans le conflit qui oppose l’armée tchadienne  au comité d’auto-défense de Miski, dans le Tibesti. Mais aussi  face aux mouvements rebelles dans la partie méridionale de la Libye.