Les Congolais rendent hommage à Étienne Tshisekedi | Afrique | DW | 31.05.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Les Congolais rendent hommage à Étienne Tshisekedi

La dépouille de l'opposant Etienne Tshisekedi a été exposée ce vendredi au Stade des Martyrs de Kinshasa. Des milliers de Congolais ont assisté à ces obsèques nationales en présence de trois chefs d’État de la région.

Écouter l'audio 01:38

"Feu Étienne Tshisekedi a combattu pour la démocratie" (Patrick Kanga)

Dès les premières heures de la journée, des milliers des Kinois avaient commencé à se rendre au Stade des Martyrs de Kinshasa pour rendre hommage à la dépouille d’Étienne Tshisekedi.

"Monsieur Etienne Tshisekedi n’avait pas peur de qui que ce soit. Il nous a enseigné la démocratie. Il nous a enseigné l’État de droit" a déclaré à notre correspondant Saleh Mwanamilongo, un habitant de Kinshasa.

Le porte-parole du Bureau politique national du PPRD, le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie de l’ancien président Joseph Kabila, s’incline lui aussi devant la mémoire de l’ancien Premier ministre.

"Nous avons eu des vues politiques différentes mais cela ne nous fait pas oublier ce qui a été son parcours politique qui n'a pas été que parsemé de choses négatives. Il y a eu beaucoup de choses positives qui ont caractérisé le combat politique de feu Tshisekedi, notamment dans le combat pour l'avènement de la démocratie", a reconnu Patrick Kanga.

Mobutu

Même s’ils saluent la mémoire d'Etienne Tshisekedi, certains acteurs de la société civile demandent aussi l’organisation d’obsèques nationales en mémoire des autres Congolais qui ont marqué la vie de leur pays.

Comme par exemple le défenseur des droits de l’homme Floribert Chebeya Bahizire, assassiné en juin 2010.

Pour sa part, le président de la société civile de Beni, dans l’est du pays, réclame aussi l’exhumation puis le rapatriement des restes de l’ancien président Mobutu Sese Seko, décédé en 1997 à Rabat au Maroc, après avoir été chassé du pouvoir.

Selon Kizito Bin Hangi, "le président Mobutu, est décédé au Maroc. Et jusqu’aujourd’hui, son corps n’est pas rapatrié. Après avoir ramené le corps d’Etienne Tshisekedi, il faut qu’on nous ramène également le corps de Mobutu pour que Mobutu soit aussi enterré dans son pays natal."

Écouter l'audio 01:37

Kizito Bin Hangi : "il faut aussi ramener les restes de Mobutu Sese Seko"

Une messe est prévue ce vendredi dans la nuit à Kinshasa suivie d’une veillée mortuaire.

Etienne Tshisekedi sera inhumé demain dans le caveau familial situé dans la commune de la Nsele, à l’est de la capitale Congolaise.

Le "Sphinx de Limete" comme l’appelaient affectueusement ses partisans  est décédé à l'âge de 84 ans le 1er février 2017 à Bruxelles où il venait se faire soigner.

Depuis, sa dépouille reposait dans un funérarium de la capitale belge, faute d'accord entre sa famille et l'ancien régime du président Joseph Kabila pour l'organisation des obsèques.

Présence remarquée

Deux chefs d’État de la région ont participé aux obsèques d’Etienne Tshisekedi. Il s’agit du président de l’Angola, João Lourenço et de son homologue  du Rwanda Paul Kagame. Celui-ci est parfois considéré comme un ennemi en République démocratique du Congo.

Pour certains analystes, la présence à Kinshasa de Paul Kagame, depuis 2010, est un signe de réchauffement diplomatique entre les deux pays.

C’est pourquoi,  avant d'arriver au stade, les trois chefs  d'Etat (Félix Tshisekedi, João Lourenço et Paul Kagame) se sont  engagés à "renforcer l'axe Congo-Angola-Rwanda" pour "éradiquer les groupes armés congolais et étrangers", dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion tripartite.

.

Voir la vidéo 01:03

Retour d'Etienne Tshisekedi : Témoignages

     

 

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !